Samedi 5 juin, Eté du Livre à Metz. Il fait chaud, très chaud et j’ai faim. Je m’installe en terrasse pour manger un peu avant de rejoindre Matilda, quand je vois une femme en train de lire à deux tables de moi. Je ne réfléchis pas très longtemps avant d’aller l’aborder !

Tu lis quoi Virginie ?

Virginie est en train de lire Cleptomania de Mary Carter.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre Virginie ?

Virginie sort juste de chez le bouquiniste. Elle y était allée pour acheter des livres pour ses enfants. Elle a acheté ce livre pour sa fille de 10 ans, mais comme beaucoup de mère, préfère quand même lire le livre avant, juste pour être sûre. Et pour le coup, elle est sûre, ce livre est vraiment trop léger pour sa fille et elle retournera donc en acheter un autre.

Ton livre précédent ?

Avant ça, Virginie était plongée dans la biographie de Françoise Hardy (je suppose qu’il s’agit de Le Désespoir des singes et autres bagatelles), mais aussi dans Acide sulfurique d’Amélie Nothomb. Là on tombe assez vite d’accord sur le fait qu’Amélie Nothomb, c’est vraiment bien au moment de la découverte. Hygiène de l’assassin par exemple était vraiment très bien. Du coup, on découvre, on en lit d’autres et vient le moment où on se lasse finalement. Moi je me suis lassée il y a déjà quatre ou cinq ans après presque sept livres de cette auteur. Virginie arrive aujourd’hui aussi à ce moment de lassitude visiblement.

Trois livres à emmener sur une ile déserte ou les trois livres préférés

La biographie de Françoise Hardy car elle aime beaucoup cette artiste. Les nuits fauves de Cyril Collard, qui a marqué toute une génération, dont je fais partie. Quelques Nothomb tout de même.

Ça c’est ce qu’elle me donne comme liste au moment de notre rencontre. Mais visiblement j’ai du beaucoup la troubler, car elle me renvoie un email quelques jours plus tard pour ajouter Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi de Mathias Malzieu qui est un très beau livre.

Corne ou marque-ta-page ?

Ni l’un ni l’autre. Elle termine un chapitre et sait donc où elle en était dans sa lecture, ou alors pose son livre ouvert pour