« Je m’étais résolu à changer de vie de façon radicale. Mon métier de graphiste spécialisé dans le packaging de produits alimentaires ne me causait que des tourments. J’étais végétarien de stricte obédience, client d’un homéopathe de réputation régionale, adhérent à trois associations de protection de l’environnement et je concevais à longueur d’année des emballages de thon au mercure, de mayonnaise à la dioxine, d’oeufs bourrés de pesticides.« 

Vacance au pays perdu, Philippe Ségur p.10

Cette chronique a déjà été lue 4862 fois.

%d blogueurs aiment cette page :