J’ai façonné toute seule la douceur de mon coeur, je le regarde de plus en plus près, son éternelle faiblesse est son éternelle saveur. Ce livre est fait des larmes que je n’ai pas pu pleurer, des peurs cachées dans mon sourire. Ce livre existe parce qu’un matin je me suis dit qu’il fallait que je ravale toutes mes terreurs et tous mes déchets pour en faire du sucre à l’intérieur de moi, parce que je savais que c’était pour ça que vous pourriez m’aimer.

Les bonbons chinois, Mian Mian

Cette chronique a déjà été lue 1317 fois.

%d blogueurs aiment cette page :