Autrefois, dans sa jeunesse à Brooklyn, elle avait étudié avec sérieux la chiromancie, mais les années passant, tels ces critiques littéraires qui sont contraints de lire tellement de livres qu’ils se mettent à bouquiner à toute vitesse, superficiellement et avec un ressentiment caché, elle avait lâché prise. Et comme ces mêmes critiques engourdis, elle éprouvait le pire ressentiment envers le sujet qui ne prenait pas au sérieux ses valeurs à elle, qui trainait pour se révéler ou qui se révélait en un sens imprévisible.

Même les cow-girls ont du vague à l’âme – Tom Robbins

Cette chronique a déjà été lue 1726 fois.

%d blogueurs aiment cette page :