Oprah Winfrey est aussi critique littéraire. Fin 1996, elle a introduit dans son show télévisé de l’après-midi une séquence hebdomadaire sur les livres intitulée The Oprah’s Book Club. « Dans mon Mississippi natal, les livres m’ont transmis l’idée qu’il existait une vie au-delà de la pauvreté », explique Oprah. Cette « rencontre » avec les livres l’aurait sauvée de la misère. Il suffit aujourd’hui qu’elle évoque dans son talk-show un livre classique, un roman ou un livre de littérature plus exigeant, pour qu’elle le transforme immédiatement en best-seller. Presque toujours, le livre entre dans la « New York Times best-seller list » et se vend à un million d’exemplaires (Oprah Winfrey n’est pas intéressée financièrement au succès des livres qu’elle sélectionne). […]

Si quelqu’un a contribué à brouiller la frontière entre l’art et l’entertainment, la « high culture » et la « low culture » en Amérique, c’est bien Oprah Winfrey avec son émission littéraire. « J’ai voulu utiliser mon talk-show autant pour éduquer que pour divertir, afin de permettre aux gens de poser un autre regard sur leur vie », explique Oprah dans une interview.

Mainstream – Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde – Frédéric Martel


Cette chronique a déjà été lue 1940 fois.

%d blogueurs aiment cette page :