Je ne sais plus où j’en suis, et notre société non plus. Le chef de famille, s’il en reste, ne sait plus quel est son rôle. Le politique, s’il en reste, ne prévoit guère, ne fait guère. Il se contente trop souvent de dire, de peur que son action ne déplaise. Je trouve que mon monde est fou. Il est hors de raison, hors de la dimension humaine. Les phénomènes de distanciation et de complexité ont imprégné tous nos systèmes socio-économiques. Ils se sont propagés comme des cancers, et le résultat, c’est qu’en tant qu’individu, je ne maîtrise plus rien. Je ne me reconnais plus dans ces systèmes que nous avons pourtant tous contribué à bâtir. Je n’en vois plus la cohérence globale qui reste pourtant la condition de leur maîtrise, pas plus que leurs finalités. Ces systèmes m’échappent. Trop gros, trop complexes. Où se trouve alors ma motivation ? Je ne sais pas. En tout cas, le peu que j’en aie s’étiole. Et ma responsabilité dans tout ça ? Elle s’évanouit totalement.

2075 – l’alternative du matador – Jean-Marc Baugier

Cette chronique a déjà été lue 1347 fois.

%d blogueurs aiment cette page :