5. Je sais que la vision ethnocentrique du monde a encore de beaux jours devant elle.

10. Je sais qu’on se présente toujours l’au-delà comme le cosmos. Pourquoi pas comme un terrier de lapin ?

37. Je sais que parler une deuxième langue, c’est comme avoir une porte de sortie derrière soi.

54. Je sais que l’homme peut même transformer la mer en prison et briser ainsi jusqu’au dernier des rêves.

Je sais – Ito Naga

 

 

Cette chronique a déjà été lue 1744 fois.

%d blogueurs aiment cette page :