Un livre drôle avec un rythme qui nous entraine jusqu’à la dernière page sans que l’on ait deviné qui va finalement prendre soin du chien !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

On a récemment beaucoup vu sur les blogs, Série Z du même auteur. Et vu que les avis étaient assez unanimes sur ce livre, j’ai craqué sur le premier livre de cet auteur lors de mon dernier passage en librairie.

La quatrième de couv :

Rue de la Doulce-Belette, Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, et Eugène Fluche, peintre sur coquilles d’œuf, habitent en vis-à-vis. Chacun suspecte l’autre de l’épier. La méfiance règne, d’autant plus que le voisinage n’est pas spécialement sain d’esprit. Sans compter les commérages de Mme Ladoux, la gardienne… Quand un cadavre est découvert, c’est une véritable psychose qui s’installe. Seraient-ils allés trop loin ?

Mon avis :

Il y a des voisins qui s’espionnent, deux surtout. Persuadés, chacun de leur côté de la rue, d’être persécutés, harcelés, épiés ! Il y a des concierges aussi : l’une très soucieuse du bien-être des locataires de son immeuble au point d’être un poil trop attentive à leurs besoins et qui en plus à la fâcheuse habitude de tout raconter à sa mère ; l’autre, trentenaire avec une plastique exceptionnelle, mais surtout, plus laxiste avec ses locataires. On trouve aussi, dans ces deux immeubles, des profils de locataires très atypiques : un réalisateur qui crée des films à partir de plans d’autres films, un auteur de romans-feuilletons, un passionnée de gerbilles qui en élève près de cent dans son appartement, un auteur de romans érotiques un peu à part… Et on n’a pas fini le tour de ces personnages tous plus bizarres les uns que les autres !

Mais on a surtout des menaces, des lettres anonymes, des persécutions, des meurtres et des suicides aussi ! Le tout traité comme un roman-feuilleton justement, avec des chapitres courts qui tiennent en haleine à chaque page, les points de vue des uns et des autres se suivent habilement pour nous donner juste ce qu’il faut d’informations pour nous donner envie de passer à la suite, mais sans jamais arriver à deviner la chute de cette enquête !

Car il s’agit bien ici d’une enquête policière. Il y a eu meurtre, maintenant il va falloir le résoudre. Et c’est au commissaire Taneuse que va revenir cette bien lourde tâche. Arrivé à démêler le vrai du faux dans cette histoire ne va pas être chose facile. Surtout qu’il y a cet anonyme, celui qui nous parle directement. Enfin, c’est ce que l’on pense. Qui est ce mystérieux inconnu qui vient nous apporter ses réflexions sur la crédulité, l’innocence ou l’écriture ? Et qu’est-ce que cela peut bien avoir à faire dans une histoire de meurtre ?

Ce qui est sûr, c’est qu’il y a très peu de chances que vous découvriez le pot aux roses avant les toutes dernières pages. Mais même si cela était le cas, je suis sûre que vous ne pourrez pas lâcher ce livre avant la fin, tant les personnages et les situations imaginés par l’auteur sont drôles !

Détails :

Auteur : JM Erre
Editeur : Points
Date de parution : 07/06/2007
279 pages

Cette chronique a déjà été lue 10654 fois.

%d blogueurs aiment cette page :