Un livre drôle, avec des dialogues ahurissants, un humour grinçant, comme peut l’être parfois l’humour anglais… Un vrai régal !

La quatrième de couv :

Quatre amis veulent braquer la plus grande banque de Londres grâce à un plan si bien orchestré qu’il permet d’économiser les armes, les muscles et les spécialistes. Chicho a confiance, Brady aime l’action, Suzy ne demande qu’à conduire les cheveux dans le vent et le narrateur se promet de suivre une formation d’expert-comptable si ça plante… Tout ce petit monde semble légèrement mal barré !

Mon avis :

Voilà un excellent livre pour les 25 ans et plus. Pas spécialement parce qu’érotique, mais parce que c’est à partir de l’âge là qu’on peut comprendre les désillusions de nos 4 héros.

Nos 4 compères sont de « […] ceux qui marchent à l’envers en direction de nulle part, […] la génération de l’ironie ». Ils ne savent pas « […] clairement où va l’avion, qui le téléguide et pourquoi. » Ils sont à la recherchent de l’Emploi et se souviennent de leurs parents qui pouvaient changer de boulot tous les ans car, en ce temps-là, c’était encore le plein emploi. Donc plutôt que de finir comptable, ils ont décidé de faire le casse du siècle. Mais pour compliquer les choses, ils vont le faire sans armes et sans effusion de sang (hum hum, on se rapproche de l’actualité là…)

James Hawes nous fait quand même attendre 300 pages avant de nous exposer le plan. Et qu’est-ce qu’il est bien pensé ! Ca donnerait presque envie d’essayer tellement ça semble évident. Mais il n’y a pas un moment où on s’ennuie dans ce livre. Entre 2 exposés sur les étapes de ce fameux plan, il en profite pour nous décrire les désillusions de toute une génération paumée, d’une Angleterre pas si en forme que ça, d’une société de consommation qui ne fonctionne bien que pour les plus chanceux.

Et finalement ce livre, initialement paru en 1999 en France, n’est pas très loin de la situation actuelle.

Détails :

Auteur : James Hawes
Editeur : Points
Date de parution : 27/05/2009
310 pages

Cette chronique a déjà été lue 2222 fois.

%d blogueurs aiment cette page :