Un Livre 1 qui flotte toujours à la limite du fantastique, un Livre 2 qui ressemble tellement à notre monde que cela pourrait être notre monde. Et s’il y avait deux lunes ce soir dans le ciel ?

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Comment dire ? Il est partout. Tout le monde en parle. Et j’aime beaucoup Murakami. Alors je n’ai pas résisté bien longtemps !

La quatrième de couv :

Au Japon, en 1984. C’est l’histoire de deux mondes, celui réel de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. A l’époque, les autres enfants se moquaient d’Aomamé à cause de son prénom, « Haricot de soja », et de l’appartenance de ses parents à la nouvelle religion des Témoins. Un jour, Tengo l’a défendue et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret conclu entre deux enfants, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie.

En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités. Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d’une mission : exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Aomamé a aussi une particularité : la faculté innée de retenir quantité de faits, d’événements, de dates en rapport avec l’Histoire. Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l’autobiographie d’une jeune fille échappé de la secte des Précurseurs. Il est aussi régulièrement pris de malaises lors desquels il revoit une scène dont il a été témoin à l’âge d’un an et demi.

Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ? En 1984 ? Dans 1Q84 ? Dans cette vie ? Dans la mort ?

Mon avis :

Aomamé est célibataire, sans amis, porte le poids de son passé en tant que fille de témoins de Jéhovah et est secrètement amoureuse d’un garçon qui lui a tenu la main fortement lorsqu’elle avait 10 ans. Le seul sens à sa vie, c’est son activité de tueuse professionnelle. Elle s’est engagée dans un combat contre les hommes violents envers les femmes. Et c’est justement alors qu’elle se rend à l’un de ces rendez-vous que sa vie bascule. Juste en empruntant une échelle de secours. Sur le coup, elle ne remarque rien de particulier. Mais après quelques jours, elle se rend compte qu’il y a deux lunes dans le ciel…

Tengo, lui, est un homme replié sur lui-même aussi. Il ne parle plus à son père, n’a que peu d’amis, une maîtresse qu’il voit une fois par semaine, un boulot de prof de math. Son seul moment d’évasion, c’est l’écriture. Et c’est son éditeur qui va lui proposer l’occasion rêvée. Une idée de roman est disponible. Mais, écrit par une adolescente un peu étrange, il manque un peu de style. Tengo va remanier cette histoire étrange, faite de Little People à la tête de la secte des Précurseurs, d’une adolescente qui tente de sauvegarder le monde, un monde avec deux lunes…

Tout le long du Livre 1, les histoires de Tengo et Aomamé se mettent en place en parallèle, alternant les chapitres de l’un et de l’autre. Murakami prend son temps pour planter le décor, mais comme pour mieux nous montrer que les dérapages de la vie ne sont jamais le fait de grandes révolutions, mais plus souvent de toutes petites choses qui se glissent doucement, sans que l’on ne s’en rende compte, dans notre quotidien. Parce que dans ce premier livre, comme souvent dans les livres de Murakami, on flotte toujours à la limite de la réalité que nous connaissons. Ces deux lunes dans le ciel que voit Aomamé, sont-elles uniquement le fruit de son imagination ? Et cette histoire qu’a réécrite Tengo sur les Little People ? N’est-ce qu’une histoire inventée par une ado un peu étrange ou une vérité est-elle cachée entre les lignes ? C’est un peu sur ces questions que l’on referme ce premier livre…

Alors il ne faut pas très longtemps avant d’avoir envie de connaître la suite et de s’embarquer dans le Livre 2. Et c’est avec celui-ci qu’on entre un peu plus dans l’univers fantastique. Mais un fantastique presque réel, palpable, qui ressemble tellement à notre monde qu’il pourrait être notre monde. Alternant toujours les chapitres entre Aomamé et Tengo, les histoires qui semblaient jusque là parallèles se rapprochent au fur et à mesure que la réalité se distord un peu plus. Jusqu’à ce parc, où… non, je vous laisse découvrir !

Il y a beaucoup de violence dans ces livres. Envers les femmes, les enfants, mais aussi violence envers ceux qui sont plus faibles. La sexualité est très présente également, mais c’est surtout la solitude qui m’a beaucoup marquée dans ce récit. On a deux êtres qui ont une vie sociale normale, avec un travail et des connaissances, même une maîtresse pour Tengo. Mais deux êtres qui sont pourtant profondément seuls, chacun dans son monde. Un monde que personne d’autre ne semble comprendre ou pouvoir percer. Sauf peut-être l’amour. Mais ça, ça sera pour le Livre 3 !

Extraits

Détails :

Auteur : Haruki Murakami
Traducteur : Hélène Morita
Editeur : Belfond
Date de parution : 25/08/2011
544 pages chacun

Cette chronique a déjà été lue 10578 fois.

%d blogueurs aiment cette page :