Archives de
Étiquette : Metz

Sortie d’usine – Festival Littérature et journalisme

Sortie d’usine – Festival Littérature et journalisme

Ce week-end avait lieu le festival Littérature et journalisme à Metz. L’ancien L’été du livre. Voici le live tweet de la conférence Sortie d’usine.

Présentation officielle

Avec François Bon, écrivain qui mène régulièrement des ateliers d’écriture en milieu ouvrier, le syndicaliste Edouard Martin et l’écrivain italien et ancien ouvrier Antonio Pennacchi.

Comment dire le travail et la condition ouvrière ? Deux écrivains qui savent de quoi ils parlent en discutent avec un syndicaliste qui connaît l’importance des mots.

Lire la suite Lire la suite

Lire sans papier – Festival Littérature et journalisme

Lire sans papier – Festival Littérature et journalisme

Ce week-end avait lieu le festival Littérature et journalisme à Metz. L’ancien L’été du livre. Voici le live tweet de la conférence Lire sans papier.

Présentation officielle

Avec Roberto Alajmo, écrivain italien, l’écrivain et éditeur François Bon (publi.net), la libraire Julie Even et le fondateur du site d’information en ligne Rue 89 Pierre Haski

Notre manière de lire l’information, la littérature, est de plus en plus bouleversée par la culture des écrans. L’écriture et le livre numérique, la presse en ligne, les changements d’habitudes des lecteurs, la place de la librairie et de l’édition dans cette profonde mutation, sont autant de thèmes – incontournables aujourd’hui – abordés au cours de cette rencontre.

[MAJ]

François Bon a publié un article suite à cette conférence sur son blog. Lire du numérique comme inquiétude, dites-le 20 fois.

Lire la suite Lire la suite

Livres lus et non chroniqués #4

Livres lus et non chroniqués #4

Du voyage à Metz, les méfaits de la guerre et Iggy Pop. Hé oui, trois livres extrêmement différents aujourd’hui pour cette chronique express.

Opium Poppy – Hubert Haddad

C’est l’histoire d’Alam, petit réfugié afghan débarqué en France et qui tente de se faire une place dans ce nouveau pays et dans le monde des adultes. L’histoire alterne le récit de son passé dans son pays d’origine, où son frère combattant est mort, et le récit de sa nouvelle vie en France, où il tente de se faire tant bien que mal une place dans un monde incompréhensible pour lui.

Je ne sais pas ce qui a fait que je n’ai pas accroché, mais une chose est sûre, je suis passée totalement à côté de ce livre. Je ne suis pas arrivée à m’attacher à ce petit bonhomme, ni à son histoire. Pendant toute la lecture, je suis restée en surface et j’ai donc refermé le livre avec beaucoup de déception !

Lire l’avis de La cause littéraire, nettement plus enthousiaste.

La reformation des imbéciles – Nathalie Constans (Illustrations: Jean Lecointre)

C’est l’histoire de la rencontre dans un terrain vague entre la petite-fille de Géronimo et Iggy Pop. Elle s’est mise en route vers le nord à la recherche d’autres Apaches et d’un quelque chose qu’elle n’arrive pas vraiment à définir. Lui veut autre chose, mais sans savoir définir cet « autre chose », ni si c’est le bon moment pour le vouloir. Il part à la rencontre de Ron et Scott qui veulent à tout prix reformer The Stooges.

Cette femme et cet homme vont se tourner autour, s’apprivoiser autour de drôles de décoctions, de dessins et de musique. Alternant le point de vue de l’un et de l’autre, on a parfois tendance à ce perdre un peu. C’est complètement délirant, tellement même qu’on ne sait pas du tout où tout cela va finir, ni dans quel état. Les photomontages de Jean Lecointre sont tout à fait dans l’esprit du texte : étranges, délirants, entre rêve et réalité.

Impossible de dire si j’ai aimé ou pas ce texte. C’est tellement à part… Tellement déjanté… A vous de vous faire votre propre avis !

Lire une interview de Nathalie Constans et de Jean Lecointre sur Paris-ci la Culture.

Voyage à l’autre bout de la rue – Nicolas Pinier

Partant du principe qu’il est plus facile de se tenir informé de ce qui se passe au bout du monde qu’au bout de sa rue, Nicolas Pinier, artiste messin, a décidé de partir en voyage pendant trois semaines dans sa rue. Une toute petite rue de Metz dans laquelle il ne connaissait qu’un seul de ses voisins.

Pendant trois semaines, il ira donc dormir chez les uns et les autres, au gré des rencontres et du bouche à oreille, avec pour quartier général le Café Jehanne d’Arc, bien connu à Metz.

Très succinct, le livre rappelle quand même qu’on connait souvent bien mal sa propre ville et surtout ceux qui habitent là tout près de nous.

Découvrir le blog de ce voyage.

Bienvenue aux lectrices de Metz Femmes

Bienvenue aux lectrices de Metz Femmes

Pour les habituées, celles qui ont déjà reçu des livres de ma part, ou celles et ceux qui ont eu la curiosité de lire Mais qui est Tulisquoi ? (présentation qu’il faudrait d’ailleurs que je mette à jour, hum hum…), vous savez déjà que j’habite en Moselle, à Metz plus précisément. Aurélie Vion, journaliste à Metz Femmes/Nancy Femmes m’a contactée il y a déjà quelques semaines pour me demander si j’acceptais de figurer dans la sélection Lorraine Blogueuse du mois de décembre.On va dire que je n’ai pas hésité longtemps…

Alors pour les nouvelles Lorraines (Lorrains ?) qui arrivent ici, sachez que je lis beaucoup et si vous cherchez une idée de livres, vous devriez trouver votre bonheur parmi les quelque 130 livres déjà présents sur ce blog.

Depuis septembre, vous pouvez aussi suivre les rendez-vous de Valérie avec Paroles d’Encre, association littéraire qui se trouve à Paris.

Il y aura aussi prochainement de nouveaux Et toi, tu lis quoi ?. Il est juste plus compliqué en hiver de trouver des gens en terrasse en train de lire, mais je vais faire mon possible pour aller débusquer des lecteurs pour qu’ils nous parlent de leurs livres.

Bonne lecture et bon week-end !

19 francs – Daniel Bourrion

19 francs – Daniel Bourrion

Une nouvelle lecture numérique qui raconte le voyage d’un livre, d’une librairie vers un bouquiniste, ou comment vingt francs peuvent vous changer la vie.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Pour ma deuxième tournée de lectures numériques chez Bibliosurf, je suis tombée sur ce livre, parlant de Metz et d’une librairie, Géronimo. Né d’un échange sur le site publie.net, ce livre m’a tout de suite interpellé.

La quatrième de couv :

Qu’un livre, acheté il y a près de 20 ans, mais qui a décidé en partie de votre vie, soit définitivement associé à son prix, et au visage d’un libraire dont on n’aura même pas su le nom…

«Du coup, je me dis qu’en presque vingt ans (acheté en 1988, revendu en quelque chose comme 2007), le bouquin n’a parcouru que cinquante mètres, la distance nécessaire à une traversée de la rue…»

Mon avis :

Il y a longtemps, quand j’étais encore étudiante à Metz, il y avait une librairie, juste à côté de la faculté. Elle s’appelait Géronimo. Je passais (très) souvent devant, mais je crois n’avoir jamais poussé la porte. Daniel Bourrion y est entré, lui. Un peu gauche pourtant, «tu parles, fils de routier, tu ne rentrais pas dans une librairie comme ça». Avec vingt francs en poche, il demande un livre, un peu comme on commande un café et le libraire lui donnera L’occupation des sols de Jean Echenoz. «Le livre ne faisait que quelques pages, je l’ai lu dans le bus en rentrant chez moi […].» Revendu lors de son déménagement, car il allait devenir bibliothécaire, Daniel Bourrion n’a «jamais relu ce bouquin depuis cette période mais je l’ai jamais oublié. Jamais.» Et, se libérant du support, il ne garde que l’essentiel, le texte qui l’aura marqué pendant toutes ces années.

Ce sont ces souvenirs qu’il nous raconte ici, mélangé aux souvenirs du cars dans lequel il aura lu ce livre. Ces cars qui emmenaient les ouvriers vers les hauts-fourneaux ou, de l’autre côté du département, vers les mines. En plus de l’histoire intéressante de ce livre qui en presque vingt ans n’aura fait que traverser un trottoir, d’une librairie vers un bouquiniste, c’est une partie de ma région qui est là, en même pas vingt pages.

Pour répondre à la question de Daniel Bourrion qui figure dans ce livre, non, ce bouquiniste situé en face de Géronimo n’existe plus aujourd’hui, mais aucun doute que votre livre aura continué son voyage vers d’autres amoureux des livres…

Détails :

Auteur : Daniel Bourrion
Editeur : Publie.net
Date de parution : 31/10/2010
29 pages