Archives de
Étiquette : Jeunesse

B is for Beer – Tom Robbins

B is for Beer – Tom Robbins

Un conte de fée de Tom Robbins, c’est forcément différent de ce qu’on connaît d’habitude. Même si cela manque de force et d’excentricité.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais besoin d’une bonne dose de Tom Robbins pendant l’été. Alors comme j’ai déjà lu tous les titres parus en France, je suis partie à la recherche des éditions en VO.

La quatrième de couv :

Once upon a time (right about now) there was a planet (how about this one?) whose inhabitants consumed thirty-six billion gallons of beer each year (it’s a fact, you can Google it). Among those affected, each in his or her own way, by all the bubbles, burps, and foam, was a smart, wide-eyed, adventurous kindergartner named Gracie; her distracted mommy; her insensitive dad; her non-conformist uncle; and a magical, butt-kicking intruder from a world within our world.

Populated by the aforementioned characters—and as charming as it may be subversive—B Is for Beer involves readers, young and old, in a surprising, far-reaching investigation into the limits of reality, the transformative powers of children, and, of course, the ultimate meaning of a tall, cold brewski.

Il était une fois (juste maintenant), il y avait une planète (pourquoi pas celle-ci ?) dont les habitants consommaient 36 milliards de gallons de bière chaque année (c’est un fait, vous pouvez le googler). Parmi ceux qui sont affectés, chacun à sa manière, par toutes les bulles, rots, et la mousse, il y avait une élève intelligente,  innocente et aventureuse du nom de Gracie ; sa mère distraite ; son père insensible ; son oncle anticonformiste ; et une petite intruse magique et impressionnante d’un monde au sein de notre monde.

Peuplé par les personnages mentionnés ci-dessus – et aussi charmant que subversif – B is for Beer implique les lecteurs, les jeunes comme les vieux, dans une surprenante et vaste enquête sur les limites de la réalité, les pouvoirs de transformation des enfants, et, bien sûr, le sens ultime d’une grande et froide Brewski.

Mon avis :

Gracie a cinq ans, presque six. Et commence sérieusement à se demander ce qu’est ce liquide que son père et son oncle boivent ensemble régulièrement. Si son père se contente de lui expliquer que la bière est uniquement pour les adultes, son oncle, lui, prend son éducation très au sérieux et, en douce, lui fait l’article sur son alcool préféré. Et lui promet, pour son anniversaire, de l’emmener visiter une brasserie. Malheureusement pour elle, tout tombe à l’eau au fur et à mesure : la visite de la brasserie, sa fête d’anniversaire, son père qui doit s’absenter pour un voyage…

Alors, de rage, elle va boire quelques gorgées de cet étrange breuvage. Et sous l’effet de l’alcool, ou d’une distorsion de la réalité, elle va découvrir la fée de la bière. Celle-ci va l’emmener découvrir les origines de la fabrication du liquide, de la récolte jusqu’à la fermentation. Mais elle va aussi lui ouvrir les yeux sur les méfaits de l’alcool à outrance, ou le côté festif qui peut résulter d’une consommation modérée…

Loin d’être du même niveau que Même les cow-girls ont du vague à l’âme, Comme la grenouille sur son nénuphar et surtout Une bien étrange attraction, B is for Beer est un conte de fée sympathique, mais qui manque de force dans ses métaphores et dans son excentricité.

Détails :

Auteur : Tom Robbins
Editeur : No Exit
Date de parution : 07/05/2009
125 pages

La révélation – Gemma Malley

La révélation – Gemma Malley

Et si on pouvait vivre éternellement ? Quels sacrifice faudrait-il faire pour ne plus mourir ? Et est-ce que cela est vraiment une bonne idée ? A découvrir à travers ce livre.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Arrivé par hasard dans ma boite aux lettres. Merci aux éditions Naïve.

La quatrième de couv :

Debout à la fenêtre de son bureau, Richard Pincent profitait distraitement de sa vue panoramique sur Londres, symbole de son pouvoir et de sa réussite. Il se sentait fatigué, malade… et inquiet. Il entendait encore résonner en boucle les propos confus d’Albert à propos du « cercle de la vie ». Le cercle de la vie ? Comment fallait-il comprendre ces mots ?

Anna et Peter, les deux héros de La Déclaration et de La Résistance, coulent des jours tranquilles en Ecosse avec leur fille Molly.
Pendant ce temps, à Londres, un événement affole la puissante société Pincent Pharma, qui commercialise les pilules de Longévité : une étrange épidémie provoque la mort subite de centaines, puis de milliers d’individus. D’abord étouffées par les Autorités, ces disparitions multiples finissent par alerter la population. Pincent Pharma fait alors croire qu’il s’agit d’un attentat de la Résistance, qui aurait empoisonné des lots de pilules, et les Autorités arrêtent Paul, le leader des Résistants.
Le combat pour la perpétuation du règne de Longévité ou pour sa chute commence…

Dernier volet de l’impressionnante trilogie de Gemma Malley, La Révélation met en scène la soudaine prise de conscience par la population de cette situation contre-nature que constitue l’immortalité.

Mon avis :

Un livre qui arrive par hasard dans la boite aux lettres, c’est toujours un peu compliqué. Je ne connaissais pas l’auteur, ni la trilogie et la littérature jeunesse ce n’est pas trop mon domaine préféré. En même temps, je ne risquais pas grand-chose à lire quelques pages pour voir ce que ça donnait… Voilà ce que je pensais en commençant ce livre.

Alors j’ai commencé à lire et j’ai découvert la Déclaration, celle que signent toutes les personnes qui acceptent de renoncer à avoir des enfants en échange de la vie éternelle. J’ai fait la connaissance aussi des Surplus, ces enfants illégaux qui sont pourchassés pour être internés dans un orphelinat où on leur apprendra à être Utile pour la société. J’ai pu aussi fureter du côté de Pincent Pharma et découvrir comment son président s’est accaparé la formule de la longévité. Et même m’introduire dans le réseau de la Résistance qui plaide haut et fort pour un retour au naturel, un cercle de la vie respecté.

Mais ce qu’on peut surtout constater au fur et à mesure de ce livre, c’est que malgré les pilules de Longévité, certaines personnes meurent, brutalement, sans qu’on ne puisse rien y faire. Et si d’un coup la mort reprend ses droits, comment vont réagir les gens ? Comment vont se réorganiser les pouvoirs, les manières de vivre, les attentes des gens ? Parce que la situation est déjà critique : manque d’eau, problèmes énergétiques, des gens qui finissent par s’ennuyer dans cette éternité qui semblait pourtant prometteuse… Alors va se mettre en place une course contre la montre pour Pincent Pharma pour tenter coute que coute de cacher la vérité le plus longtemps possible… Et pour la Résistance arrive peut-être le moment tant attendu de remettre en place le cercle de la vie…

Au final, les quelques pages que j’avais prévu de lire pour me faire un avis se sont transformées en quelques chapitres pour finir par engloutir le livre tout entier ! Bien ficelé, bien raconté, avec des personnages intéressants, on n’est pas du tout perdu, même si on n’a pas lu les deux premiers tomes. Une lecture agréable pour ce livre arrivé par hasard !

Détails :

Auteur : Gemma Malley
Traducteur : Nathalie Peronny
Éditeur: Naïve
Date de parution : 05/2011
335 pages

The Hunger Games : Mockingjay – Suzanne Collins

The Hunger Games : Mockingjay – Suzanne Collins

Un dernier tome en demi-teinte : déception par rapport à Hunger Games et L’embrasement, mais de la tristesse quand même de quitter Katniss, Peeta et Gale !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Hunger Games m’avait empêché de dormir. Catching Fire avait pas mal fonctionné aussi, même si je l’avais trouvé un peu moins fort que le premier. Et depuis février, j’attendais impatiemment le dernier tome !

La quatrième de couv :

My name is Katniss Everdeen.
Why am I not dead?
I should be dead.

« Katniss Everdeen, girl on fire, has survived, even though her home has been destroyed. Gale has escaped. Katniss’s family is safe. Peeta has been captured by the capitol. District 13 really does exist. There are rebels. A revolution is unfolding.

It is by design that Katniss was rescued from the arena in the cruel and haunting Quarter Quell, and it is by design that she has long been part of the revolution without knowing it. District 13 has come out of the shadows and is plotting to overthrow the capitol. Everyone, it seems, has had a hand in the carefully laid plans – except Katniss.

The success of the rebellion hinges on Katniss’s willingness to be a pawn, to accept responsibility for countless lives, and to change the course of the future of Panem. To do this, she must put aside her feelings of anger and distrust. She must become the rebels’ Mockingjay – no matter what the personal cost. »

Mon nom est Katniss Everdeen.
Pourquoi je ne suis pas morte ?
Je devrais être morte.

« Katniss Everdeen, la fille en feu, a survécu, même si sa maison a été détruite. Gale s’est échappé. La famille de Katniss est à l’abri. Peeta a été capturé par le Capitol. Le District 13 existe réellement. Il y a des rebelles. Une révolution est en marche.

C’est à dessein que Katniss a été sauvée de l’arène du cruel et obsédant Quarter Quell, et c’est à dessein qu’elle a longtemps fait partie de la révolution, sans le savoir. Le District 13 est sorti de l’ombre et complote pour renverser le Capitol. Tout le monde, semble-t-il, a mis la main aux plans soigneusement définis – exceptée Katniss.

Le succès de la rébellion dépend de la volonté de Katniss d »accepter d’être un pion dans l’échiquier, de prendre la responsabilité d’un nombre incalculable de vies, et de changer le cours de l’avenir de Panem. Pour cela, elle doit mettre de côté ses sentiments de colère et de méfiance. Elle doit devenir le symbole des rebelles, leur Mockingjay (Geai moqueur) – quel qu’en soit le prix personnel à payer. »

Mon avis :

J’avais commencé cette série totalement emballée par cette histoire et surtout par la façon de raconter de Suzanne Collins. Chaque fin de chapitre apporté un rebondissement inattendu et m’avait obligé à continuer au chapitre suivant, pour savoir. Et puis le suivant encore, parce qu’on était là, avec les héros et qu’on les accompagnait dans ces jeux cruels. Alors forcément quand on est autant prise dans une série et dans une histoire, le dernier tome doit être l’apothéose. Celui qui nous empêchera de dormir tant qu’on ne connaitra pas le fin mot de l’histoire.

Et malheureusement, cela n’a pas été le cas avec ce Mockingjay. Ici, on est loin des rebondissements en tout genre qui vont nous tenir en haleine. Katniss se prépare au combat, un district prépare le soulèvement, le Capitol prépare la riposte. Et ces préparatifs prennent parfois un peu trop le pas sur l’action et sur les personnages. Là où on avait laissé une Katniss forte, pleine de rancœur, prête à soulever le monde pour sa famille, à se rebeller contre les lois, on retrouve une héroïne abattue, plus que l’ombre d’elle-même, en proie aux doutes sur le bien-fondé des actions entreprises.

Pour Clarabel, cela semble logique, même si elle semble déçue elle aussi. Et oui, quelque part, cela est logique. On retrouve, dans Mockingjay, une issue plus ou moins acceptable à la situation qui pèse sur les districts depuis les débuts. Suzanne Collins y donne son opinion sur les guerres, sans concession. Il n’y a pas de gentils ou de méchants là-dedans. Il y a des hommes et des femmes, des deux côtés, qui œuvrent pour quelque chose en laquelle ils croient. Il y a des dégâts et des morts dans les deux camps. Et il n’est jamais clairement établi qui a raison et qui a tort. Un peu comme dans la vie de tous les jours.

Et c’est là qu’il faut quand même reconnaitre quelque chose à Suzanne Collins. Ce dernier livre manque de tonus et s’essouffle comparé aux deux autres. Mais on referme quand même le livre, plein de tristesse. Tristesse de voir ce que sont devenus nos héros. Tristesse de voir les ravages de la guerre. Tristesse devant la bêtise des hommes, que l’auteur n’a pas épargnés.

Et quand est-il de Gale et Peeta ? Ne vous inquiétez pas, vous saurez à la fin qui aura les faveurs de Katniss.

Extraits

Un extrait de ce livre a été posté dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Suzanne Collins
Editeur : Scholastic
Site officiel du livre : mockingjay.co.uk
Date de parution : 25/08/2010
458 pages

The Hunger Games : Catching Fire, Suzanne Collins

The Hunger Games : Catching Fire, Suzanne Collins

La recette de Suzanne Collins fonctionne toujours aussi bien. Et on referme le livre en sachant qu’il va falloir attendre six mois avant d’avoir la suite. Attention spoiler à suivre pour ceux qui n’auraient pas lu le tome 1.

La quatrième de couv :

After winning the brutal Hunger Games, Katniss Everdeen returns to her district, hoping for a peaceful future. But Katniss starts to hear rumours of a deadly rebellion against the Capitol. A rebellion that she and Peeta have helped to create. As Katniss and Peeta are forced to visit the districts on the Capitol’s cruel Victory Tour, the stakes are higher than ever. Unless Katniss and Peeta can convince the world that they are still lost in their love for each other, the consequences will be horrifying… The terrifying sequel to The Hunger Games.

Après avoir gagné les violents Hunger Games, Katniss Everdeen retourne dans son district, espérant un avenir paisible. Mais Katniss commence à entendre des rumeurs de rébellion meurtrière contre le Capitole. Une rébellion qu’elle et Peeta ont aidé à créer. Alors que Katniss et Peeta sont forcés de visiter tous les districts lors du cruel Tour de la Victoire, les enjeux sont plus élevés que jamais. Les conséquences seront terribles, sauf si Katniss et Peeta peuvent convaincre le monde qu’ils sont toujours éperdus d’amour l’un pour l’autre…

La suite terrifiante des Hunger Games.

Mon avis :

On avait eu le droit à la fin de Hunger Games, au premier chapitre du tome 2. Le Président Snow venu personnellement rencontrer Katniss. En refermant le livre, on se doutait bien qu’il ne s’agissait pas d’une visite de courtoisie. Katniss a quand même osé défier les règles du Capitole ! On finit vite par se rendre compte dans ce deuxième opus qu’effectivement, la guerre est déclarée, mais on est quand même bien loin d’imaginer tout ce qui attend Katniss et Peeta dans ce deuxième tome !

Je ne ferais pas de descriptions plus avancées pour ce livre, au risque d’en dévoiler de trop. Mais disons que les thèmes du premier tome sont présents : les balbutiements de l’amour à l’adolescence, l’abnégation totale de nos héros, la défense d’une cause supérieure à l’intérêt propre, l’entraide … De plus, comme avec Hunger Games, il est tout simplement impossible de terminer un chapitre sans vouloir en lire encore un. Et puis finalement un de plus. Encore un ? Suzanne Collins a le don de toujours (toujours !) mettre en fin de chapitre un rebondissement tellement incroyable qu’il faut lire la suite pour en avoir le cœur net !

Si j’ai un (tout petit) peu moins accroché à cet Embrasement, cela est dû en partie au fait que je l’ai lu en anglais. Je n’ai aucun problème avec l’anglais, mais en général je l’utilise plutôt dans un contexte professionnel. Et dans ce contexte, on a rarement l’occasion d’utiliser des mots en rapport avec les armes, les guerres, les soulèvements du peuple (quoi que…). Cela a donc en partie ralenti ma lecture et m’a empêché de l’apprécier pleinement. La deuxième chose qui est un peu gênante est là encore dû au fait que je l’ai lu en anglais. Mais cette fois parce qu’il ne s’est même pas passé trois semaines entre les deux lectures. Les aventures de Katniss et Peeta étaient donc encore bien en place dans ma tête. Or là, on a souvent des retours en arrière, pour expliquer ce qui s’est passé dans le premier livre. Alors oui, pour ceux qui vont le lire en français en mai ou ceux qui vont attaquer tout de suite avec le deuxième tome, ça ne posera pas de problème. Comme quoi, j’aurais peut-être mieux fait d’attendre.

Mockingjay - Suzanne CollinsSinon Clarabel l’a révélé, le troisième tome sortira le 24 août 2010. Ce qui fait encore six mois à attendre pour connaître la conclusion de cette aventure. Et je peux vous assurer qu’une fois que vous aurez lu la dernière phrase de ce Catching Fire, six mois ça vous semblera le bout du monde !

Détails :

Auteur : Suzanne Collins
Editeur : Scholastic
Date de parution : 09/09
472 pages