Archives de
Étiquette : ProjetBradbury

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (8)

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (8)

Voilà, le #projetbradbury est arrivé à son terme pour Neil Jomunsi. 52 nouvelles en 52 semaines… Sacré challenge, n’est-ce pas ? Si un bilan du point de vue de l’auteur t’intéresse, tu peux lire Comment j’ai écrit 52 nouvelles en 52 semaines.

Et voici la suite des nouvelles (oui, de notre côté, le challenge n’est pas encore relevé…)

Wonderland (#29)

Wonderland (#25)La révolution gronde dans la République démocratique du Gradistan. Le peuple n’en peut plus et a décidé de renverser le pouvoir en place. En bas du Palais du Grand-Maréchal, la colère est à son comble. Mais à l’intérieur, c’est la peur qui domine. La peur de ceux qui détiennent le pouvoir depuis tant d’années et qui refusent de perdre tous leurs acquis. Et dans ces cas-là, il vaut mieux fuir plutôt que de se retrouver face au peuple! Ou alors leur donner ce qu’ils veulent… La tête du dirigeant!

Les deux bras droit du Grand-Maréchal vont tenter de sauver leur peau en présentant au peuple sa dépouille. Mais ce n’est pas parce qu’on est vieux et, visiblement, un peu gâteux, qu’on a oublié tous ses réflexes de survie. Le Grand-Maréchal pourrait bien sortir de ce guet-apens par une belle pirouette finale !

Nouvelle agréable, qui résonne avec cette période de troubles…

Pour toujours (#30)

Pour toujours (#30) Ils sont deux à tourner en orbite autour de la Terre depuis plus de cinq millénaires. Envoyés là-haut pour tenter de donner une nouvelle impulsion à la Terre lorsque cela sera à nouveau possible, ils attendent LE signal leur indiquant qu’enfin ils peuvent revenir. Tous les cinq mille ans, la capsule est programmée pour les réveiller afin qu’ils puissent vérifier si le bon moment est arrivé.

Et lors de ce dernier réveil, ils sont partagés: le signal est là depuis un moment, mais toutes les données de mesure indiquent que la Terre est toujours inhabitable. Que faire? Croire au signal qui pourrait enfin leur faire sentir à nouveau le vent? Ou se fier aux instruments de mesure et retourner dans leur sommeil pour un nouveau cycle de cinq mille ans ? Parfois le goût de l’aventure est plus fort que tout…

Pour ceux qui sont fans, il y a des vampires dans cette nouvelle. Personnellement, ce n’est pas ma tasse de thé, mais cela ne gène en rien la lecture, ni l’appréciation de cette aventure…

Premier jour (#31)

Premier jour (#31)Quand un nouveau Président de la République est élu, sa première journée est clairement chargée. Alors qu’est-ce qui se passe lorsque c’est le nouveau Président des Etats-Unis qui prend ses fonctions? Et que le Président est même une femme? On imagine bien la condescendance de l’équipe militaire, les réunions de présentation des équipes, les mises à jour sur les dossiers en cours, les révélations sur les secrets les mieux gardés de la République…

Mais certains secrets peuvent parfois dépasser toutes les croyances collectives. Et la nouvelle Présidente pourrait bien se rendre compte que finalement elle ne détient pas autant de pouvoirs qu’elle l’imaginait.

De bout en bout, une belle nouvelle, avec une belle chute!

Nano (#32)

Nano (#32)

Zack Fleischer est depuis de nombreuses années LA référence en matière de journaliste high-tech. Une critique positive et les ventes s’envolent aussitôt. Une revue négative et c’est tout une entreprise qui peut plonger en Bourse.

Mais Zack Fleischer est un peu fatigué de son métier. Lui ce dont il rêvait c’est de robot. Mais le monde a préféré évoluer vers les nano-machines et c’est désormais elles qui s’occupent de gérer complètement le bien être des Hommes. Alors pour une fois, il décide de s’éloigner, de souffler et de partir à l’autre bout du monde pour redécouvrir les vraies valeurs. Et surtout, ça sera un voyage sans nano technologie pour prendre soin de lui. Comment supportera-t-il ces petites douleurs qui font partie de notre lot quotidien mais dont il avait presque oubliées l’existence?

Les nano technologies ou jusqu’où irons-nous pour tenter de prendre les devants sur ce qui fait que nous sommes humains et mortels. Intéressant.

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.
  • Le pont (#17), Esprit farceur (#18), Toreador (#19) et Lettre morte (#20) ici.
  • Intérim (#21), La nuit des fous (#22), Maison close (#23), Yokai (#24) ici.
  • Inside sherlock (#25), La nuit venue (#26), Commando (#27), Hacker (#28) ici.
Projet Bradbury – Neil Jomunsi (7)

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (7)

Alors que la fin du projet approche tout doucement (Neil vient de publier la 45e nouvelle), il est temps de refaire un petit point sur le #projetbradbury.

Inside sherlock (#25)

Inside sherlock (#25)Je n’ai jamais été une fan de Sherlock Holmes. Je ne sais pas pourquoi, mais ses enquêtes n’ont jamais réussi à m’intéresser. Pourtant là, c’est bien de l’enquêteur le plus connu qu’il s’agit. Enfermé dans un manoir, il n’a plus aucun souvenir de la raison de sa présence entre ces murs. Le plus étrange, c’est que tout autour de lui semble bouger comme s’il se trouvait sur un navire… Même pour Sherlock, l’énigme semble difficile à résoudre. Surtout que le docteur Watson n’est pas là pour lui prêter main forte cette fois !

Neil nous emmène dans une enquête intéressante dans la tête même de Sherlock. Seul, il va devoir résoudre l’énigme pour, littéralement, sauver sa vie. Au final, même si je ne suis pas une admiratrice du personnage, la nouvelle m’a plu. J’imagine donc que les fans seront conquis!

La nuit venue (#26)

La nuit venue (#26)C’est une journée qui sent la rentrée scolaire. Celle où, pour la dernière de l’été, les mômes vont s’inventer des aventures à raconter aux copains. La journée est chaude et Jules, Vincent et Yohan décident donc de partir le long de la rivière. Ils savent bien qu’ils n’ont pas le droit d’y aller, mais la tentation de chercher des tritons est trop forte. On les suit donc dans leur aventure, jusqu’au soir, pour le rituel du couché.

C’est à ce moment de l’histoire que l’aventure prend un nouveau visage. Qui sont ces hommes passant de maison en maison avec leur combinaison? Pourquoi pensent-ils tous que l’air est contaminé dans ce lieu depuis des années alors que les gamins semblaient tous en bonne santé. Et pourquoi sont-ils tous étonnés de trouver des personnes vivantes?

Une belle nouvelle plein d’émotion et de tendresse!

Commando (#27)

Commando (#27)Une librairie ouverte 24h/24, 7j/7, voilà le rêve pour bien des lecteurs! Mais celle-ci est pour le moins étrange. Si, en journée, elle ressemble bien à toutes les librairies qu’on peut trouver, la nuit l’accès en est réservé aux membres de son club de lecture, les portes étant gardées par des vigiles. Mais le plus étrange est peut-être l’odeur qui se dégage des bâtiments. Pas une odeur de vieux livres, non, plutôt une odeur assez nauséabonde…

Un agent spécial est alors mandaté pour découvrir ce qui se cache dans les entrailles de ce local. S’infiltrant d’abord dans l’équipe de jour, il va peu à peu gagner la confiance de la libraire et ainsi pouvoir intégrer l’équipe de nuit. Et c’est là qu’il va découvrir tous les sacrifices faits par certains auteurs pour avoir leur nom sur un best-seller…

A faire froid dans le dos!

Hacker (#28)

Hacker (#28)

Fini les ordinateurs, les smartphones et autres objets connectés. Le nec plus ultra maintenant c’est la greffe d’implants oculaires. Ainsi, sans aucun objet, on peut directement visionner des films, écouter de la musique, jouer aux jeux vidéo ou même communiquer avec ses amis. Jodie était quasi la seule de son lycée à ne pas être encore équipée. La faute à son rétrograde de père. Mais il vient enfin de changer d’avis, en échanges de règles très strictes sur l’utilisation qu’elle en fera!

Si au début elle est aux anges, elle va vite se retrouver prise au piège d’un pirate informatique plutôt doué. Discret, au début il n’apparaitra que de façon furtive dans son champs de vision. Puis, peu à peu, il va s’imposer. Tout jeune hacker, il a à peine 12 ans, il sait pourtant ce qu’il veut: il se sent seul et souhaite discuter.

Jodie n’aura pas d’autre choix que d’accepter sa proposition. Le rencontrer en vrai pour qu’enfin il la laisse tranquille et disparaisse de sa vie. Mais ce qu’elle va découvrir « en vrai » est bien loin de ce qu’elle avait imaginé.

Dans cette nouvelle, il y a d’un côté la peur de ce qui pourrait arriver dans un futur proche: le transhumanisme, ou comment améliorer l’homme, ou au moins palier certains de ses manques, par la machine. Mais il y a aussi cet autre effet de la vie connectée: elle permet à tout à chacun de se réinventer, souvent en mieux. Et c’est face à cette réalité que va se retrouver Jodie. Face à un petit garçon qui n’a pas eu de chance « dans la vraie vie » et qui tente d’améliorer celle qu’il a « en ligne ». Touchant.

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.
  • Le pont (#17), Esprit farceur (#18), Toreador (#19) et Lettre morte (#20) ici.
  • Intérim (#21), La nuit des fous (#22), Maison close (#23), Yokai (#24) ici.
Projet Bradbury – Neil Jomunsi (6)

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (6)

On avait fait le dernier point sur le #projetbradbury début avril. Il est temps de poursuivre la découverte, avec les nouvelles 21 à 24.

Intérim (#21)

IntérimLa fin du monde a commencé. Les démons prennent possession de la population et l’Eglise s’organise pour contrer ces attaques. Alors pour se défendre, elle recrute des mercenaires, des costauds, des malins… toute les bonnes volontés et surtout les désespérés, affamés, qu’elle pourra trouver. Piotr et Jan se retrouvent ainsi à remplir leur mission, allant de maisons en écoles chercher les malheureux.

Mais Jan, la grosse brute, sent bien que Piotr, le malingre, cache quelque chose. Un lourd secret qu’il découvrira lors de l’une de leurs missions.

Neil Jomunsi nous offre des personnages attachants au milieu de la folie de fin du monde. Ils sont envoyés dans une quête absurde, mais coûte que coûte accompliront la mission qui leur a été confiée. Pourquoi? Pourquoi continuer à vivre dans cette fin du monde?  L’auteur ne nous donne pas de réponse, mais nous donne une jolie amitié en échange…

 

La nuit des fous (#22)

La nuit des fousPour certains, la Saint-Sylvestre c’est l’occasion de faire la fête, célébrer une nouvelle année qu’on espère toujours meilleure. Pour d’autres, comme Damian qui habite Berlin, cela tient plus de la guerre civile. Il faut dire qu’il est policier. Et qu’à ce titre, il se retrouve en première ligne pour gérer la fièvre qui gagne tous les habitants.

Mais ce 31 décembre est un peu étrange. La fièvre gagne nous dit l’auteur. Mais au final, qui est pris de fièvre en cette soirée de célébration? La foule? La police? Damian?

Autant dire que la chute concoctée par Neil Jomunsi est plutôt inattendue… Et que la folie n’est jamais là où on l’attend !

 

Maison close (#23)

Maison close Miss A s’occupe de fournir des services pour le moins particuliers. Dans un monde où les robots sont dotés de sentiments, de besoins et d’envies, comme les humains, elle propose des relations tarifées pour ces machines un peu humaines.

Mais Miss A était elle-même une prostituée avant. Connue même pour être la meilleure de toute. Et c’est pour cette raison qu’un jour un homme lui propose une somme astronomique pour répondre à une demande tout à fait inhabituelle, pour un client qui ne l’est pas moins.

Il y a beaucoup de tendresse dans cette nouvelle. Un peu comme dans Real Humans, on a beau savoir que ce sont des machines, les auteurs arrivent à nous les rendre attachants, presque plus humains que les Hommes. Alors quand Miss A doit s’occuper des dernières volontés d’un robot, comment pourrait-elle dire non ? Une très belle lecture…

 

Yokai (#24)

YokaiJune Lindenhaven est une psychologue un peu particulière. Outre le fait qu’elle ne consulte normalement qu’à son cabinet, elle s’investit à fond dans la résolution des problèmes de chacun de ses patients.

Lorsqu’elle accepte de se rendre chez Gikaibo, qui ne peut pas se déplacer à son cabinet, c’est avec son sac à dos qu’elle part et tout un nécessaire de survie. Pourtant, Gikaibo n’habite qu’à quelques pâtés de maison de chez elle. Alors pourquoi semble-t-elle partir en expériditon ? C’est qu’elle a l’habitude d’aller au fond des problèmes des gens. Et vous pourriez bien être transportés très loin dans l’exploration de la déprime de ce vieux japonais…

 

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.
  • Le pont (#17), Esprit farceur (#18), Toreador (#19) et Lettre morte (#20) ici.
Projet Bradbury – Neil Jomunsi (5)

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (5)

Ça faisait un petit moment qu’on n’avait pas parlé du #projetbradbury.

Alors que Neil avance, avance (à un rythme tel que j’ai du mal à suivre), il est temps de vous présenter les nouvelles 17 à 20.

 

Le Pont (#17)

Le Pont - Neil JomunsiSamson est à la recherche de l’inspiration pour écrire LE chef-d’œuvre de sa vie. Il décide donc de quitter son village pour cela. Après une longue marche à travers la forêt, la nuit tombe alors qu’il n’a toujours pas trouvé d’endroit pour la nuit. Face à un pont sous la brume, il décide de le traverser en espérant trouver un refuge. Mais ce qu’il va découvrir de l’autre côté va complètement changer le cours de sa vie !

J’ai très peu accroché avec cette nouvelle qui est trop fantastique à mon goût.

Esprit farceur (#18)

Esprit farceur - Neil JomunsiComme dans Le pont, on a à faire à un écrivain en mal d’inspiration. Mais alors que je n’accrochais pas du tout avec  la nouvelle précédente, j’ai beaucoup ri avec celle-ci.

Imaginez cet auteur, cherchant désespérément à noircir ses cahiers afin d’écrire son prochain livre tant attendu par son éditeur. Rien ne vient, quoi qu’il fasse. Alors il a un trait de génie: pourquoi ne pas demander à un auteur mort de lui donner des conseils ? Et tant qu’à faire, autant demander à Ray Bradbury lui-même !

Le problème, c’est que les fantômes ne sont pas forcément à la disposition des vivants… Et si Ray Bradbury avait lui aussi encore un texte à transmettre… ?

Toreador (#19)

Toreador - Neil JomunsiCristo est un gladiateur. C’est même le meilleur de tous ! Dans ses combats contre des robots, normalement destinés à la casse, puis réparés pour être transformés en machines de guerre, il en sort toujours vainqueur. Ses collègues le surnomme le Toreador.

Adulé de tous, on lui passe tous ses caprices. Notamment celui d’aller à la rencontre de ces adversaires, juste avant leur transformation, afin d’essayé de les connaître, de les comprendre. Ce jour-là, c’est un robot anciennement majordome qu’il affrontera. Juste avant le combat, comme à son habitude, il ira le rencontrer et lui demandera de lui lire une histoire, comme il le faisait avant avec les enfants dont il avait la charge…

Est-ce ça qui sera responsable de la suite ? De ce qui laissera tout le public pétrifié ?

Sentiment mitigé pour ma part pour cette nouvelle. Certainement lié au sujet lui-même, les gladiateurs, et l’apparition des robots.

Lettre morte (#20)

Lettre morte - Neil JomunsiAu fond des tranchées de la Première Guerre mondiale, ce qui le fait tenir, c’est la lettre qu’il rédige à sa femme. Il sait que s’il meurt au combat, quelqu’un la lui remettra. Alors il se presse d’y mettre tout son amour, ses observations, ses doutes…

Mais on est dans le projet Bradbury. Et c’est, bien sûr, une version un peu différente de la guerre 14-18 que nous propose Neil Jomunsi. Si au départ, c’est bien les soldats français qui affrontent leurs homologues allemands, très vite ils vont devoir s’unir pour combattre un ennemi commun, bien plus dangereux et bien plus difficile à battre. Le soldat aura-t-il le temps de dire à sa femme tout ce qu’il éprouve pour elle ?

Le choix du sujet m’avait paru étrange au départ. Ça ne semblait pas coller avec le reste de l’univers du projet Bradbury. Jusqu’au dénouement final. Une belle nouvelle bien menée. Touchant, avec cette lettre de la dernière chance, et inquiétant en même temps, avec ces ennemis presque invisibles !

 

Retrouvez les nouvelles précédentes :

  • Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .
  • Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.
  • Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.
  • Page blanche (#13), Bully (#14), Viral (#15) et Alexandria (#16) ici.
Projet Bradbury – Neil Jomunsi (4)

Projet Bradbury – Neil Jomunsi (4)

Alors que Neil vient de faire son bilan à mi-parcours, il est temps pour moi de vous présenter les quatre nouvelles suivantes du #projetbradbury.

Je vous ai déjà présenté Nouveau message (#1), Le dernier invité (#2), Onkalo (#3) et Kukulkán (#4) par .

Puis il y a eu Le grand hozirus (#5), Aurélia sous la terre (#6), Celsius 233 (#7) et Face à l’étoile (#8) ici.

Ensuite on a vu Kindergarten (#9), La dernière guerre (#10), Antichrist Understar (#11) et Touristes (#12) ici.

Page blanche (#13)

Page blanche – Neil Jomunsi Sujet aux insomnies depuis pas mal de temps, Jarvis n’arrive plus à écrire une seule ligne. Une nuit, en zappant de chaîne en chaîne sur sa télé, il tombe sur une émission de télé-shopping qui semble avoir été tournée il y a plus de 20 ans. Mais la voix de l’animateur réussit enfin à l’endormir…

Sauf que le lendemain, il reçoit un paquet commandé visiblement lors de ce show, une machine à écrire, qu’il ne se souvient pas avoir commandé. Amusé par le charme désuet de la machine, il s’installe devant… pendant plus de deux heures. Et écrit le meilleur texte qu’il n’ait jamais produit.

Très rapidement pourtant, la machine se casse. Obligé de l’envoyer en réparation, il va découvrir qu’elle était un peu particulière… Mais surtout qu’elle ne lui était pas destiné. Les ennuis commencent pour lui…

Bully (#14)

Bully – Neil Jomunsi Il s’imagine star de son propre show, 24h/24 en représentation, il est le pur produit de la télé-réalité. Si dans son imaginaire, un public l’acclame pour son moindre coup de peigne, dans la réalité il n’est que Bully, 13 ans, l’air d’en avoir 11, et la souffre-douleur de ses camarades de classe.

Mais un jour il arrive à s’adjoindre les services d’un de ses camarades qui a un téléphone permettant de faire de la vidéo. Il va donc lui demander, contre paiement, de le suivre pour filmer des scènes, qu’il montera ensuite pour en faire un film… Si au début le jeu est innocent, il devient glaçant lorsque Bully décide de faire d’un vieux fusil l’un des personnage principaux de son délire…

Viral (#15)

Viral – Neil Jomunsi Ray et ses deux enfants évitent la ville depuis qu’une épidémie a touché la terre entière, ne laissant que quelques poches ici et là de gens qui ont survécu. Ceux qui ont été contaminés en premier étaient des férus de lecture. Alors ils évitent autant que possible les endroits pouvant contenir des livres.

Mais Ray a une rage de dent qu’il ne parvient pas à soigner lui-même. Il embarque ses deux enfants pour la ville la plus proche où se trouve un vétérinaire. Après l’avoir soigné, celui-ci leur propose de passer la nuit dans sa maison. Mais il n’est pas seul dans cette grande bâtisse. Et ce que Ray essaye d’éviter à tout prix, la contamination, pourrait bien s’y trouver. Sous une forme des plus étranges !

Alexandria (#16)

Alexandria – Neil JomunsiComme si le projet n’était déjà pas assez fou en lui-même, Neil Jomunsi se lance un défi dans le défi. Alexandria est donc entièrement écrit en alexandrins. Et c’est de tatouage dont il est question.

Ce vieil homme, aveugle, n’est pas un tatoueur comme les autres. Il lit les âmes et les tourments. Il aura bien tenté de prévenir le jeune homme qui pousse sa porte par curiosité,

« Un tatouage se protège, comme une belle améthyste,
Mais s’il doit se défendre, il se mérite surtout.
À chaque clef correspond dans nos tripes un verrou. »

Ses tatouages révèlent les douleurs les plus enfouies, les pages que l’on pensait tournées. C’est à ses risques et périls que le jeune homme se laisse faire, croyant à une fable. Pourtant, il va très vite regretter son geste…

 

Des quatre présentées aujourd’hui, c’est bien Viral qui m’aura le plus plu ! Cette contagion, dont je ne peux pas tout révéler sous peine de vous gâcher l’histoire, plaira en tout cas à tous les amoureux des mots !

Pour rappel, si vous voulez vous abonner au Projet Bradbury, c’est par ici.

Et si vous souhaitez déjà découvrir les 16 premières nouvelles, vous pouvez vous procurer l’intégrale aux adresse mentionnées sur le blog de Neil !