Archives de
Étiquette : Coup de coeur

Les incendiés – Antonio Moresco

Les incendiés – Antonio Moresco

Les incendiés - Antonio MorescoAntonio Moresco nous amène, le souffle coupé, aux confins de l’amour et de la liberté. Fort, fort, fort !

La quatrième de couv :

Un homme décide de fuir la sombre et douloureuse gangue qui lui tient lieu d’existence. Il renonce à tout.

Après une longue errance en voiture, il finit par trouver refuge dans un hôtel au bord de la mer où il vit caché.

La touffeur de l’été enflamme l’air. De petits feux explosent, çà et là, au long de la côte. Une nuit, un épouvantable incendie menace l’hôtel. L’homme parvient à se sauver sur une falaise désertique d’où il observe le terrible spectacle. Soudain, une femme aux dents d’or aussi merveilleuse que mystérieuse apparaît dans son dos, lui murmure que c’est pour lui qu’elle a incendié le monde et, avant de disparaître, lui demande s’il veut brûler avec elle. Obsédé par cette rencontre, il se lance à sa recherche.

Les Incendiés est une épopée moderne, un récit intense sur la férocité de notre temps, sur l’amour et la liberté.

Mon avis :

On ne connait pas son nom. On ne connait pas son métier. On sait simplement que c’est un homme au bout du rouleau. «En ce temps-là, j’étais complètement malheureux. Dans ma vie j’avais tout faux, j’avais tout raté. J’étais seul. Je l’avais compris tout à coup, par une nuit de pluie battante où je n’arrivais pas à dormir, et ça m’avait anéanti. Il n’y avait pas de liberté autour de moi, il n’y avait pas d’amour. Tout n’était qu’aridité, asservissement, vide, la vie ressemblait à la mort.» Alors il part s’isoler en bord de mer, dans un hôtel où il n’adresse la parole à personne et ne semble même pas voir ce qui se passe autour de lui.

Et puis le feu signe un emballement dans sa vie. Le feu qui dévaste tout autour de son hôtel et envoie tous les pensionnaires se réfugier sur un promontoire rocheux. Et qui met sur son chemin cette femme sublime aux dents d’or et qui lui murmure « Regarde… J’ai incendié le monde pour toi ! » Mais une fois le danger écarté, il n’arrivera pas à la retrouver parmi les autres clients. Commence une quête effrénée à la recherche de celle qui lui a redonné goût à la vie.

Alors qu’il arrive enfin à retrouver la femme aux dents d’or, on assiste, complètement sonné, à une explosion de violence, de sexe et d’amour. On entre dans un monde où la démesure est la norme. L’auteur nous entraîne dans un récit à la limite du fantastique, où la frontière entre le monde des vivants et des morts n’est plus tout à fait celle que nous connaissons. Et Antonio Moresco nous amène, le souffle coupé, aux confins de l’amour et de la liberté. Fort, fort, fort !

Extrait

Lire le début.

C’est difficile à faire comprendre avec des mots. Ça ne vous est jamais arrivé de rencontrer une personne inconnue, dans un moment de la vie où vous n’étiez plus présents à vous-mêmes, où vous ne coïncidiez plus avec vous-mêmes, et d’éprouver pour elle un bouleversant sentiment de proximité et de fusion, comme si pendant un instant s’était ouverte, on ne sait où, une fissure qui vous a fait voir une réalité complètement différente, que vous aviez sous les yeux mais que vous n’arriviez pas à voir jusqu’à l’instant d’avant ?

Détails :

Auteur : Antonio Mores
Traducteur: Laurent Lombard
Éditeur : Verdier
Date de parution : 08/2016

Sous les fleurs de la tapisserie – Marlène Tissot, Somotho

Sous les fleurs de la tapisserie – Marlène Tissot, Somotho

Sous les fleurs de la tapisserie - Marlène Tissot, SomothoUn très beau recueil de poésie qui parle de la vie, celle qui questionne.

La quatrième de couv :

Marlène Tissot est née en 1971. Elle a publié quatre recueils de poésie, dont « Nos parcelles de terrains très très vagues », éditions Asphodèle, collection « Minuscule » (2010) et « Je me souviens, c’est dimanche », éditions Asphodèle, collection « Confettis » (2013), ainsi qu’un premier roman remarqué, « Mailles à l’envers », sur l’enfance et l’adolescence blessées, en 2012. Son écriture est à la fois tendre, clinique, écorchée et irradiante.
Dans cette nouvelle publication, l’auteur reste fidèle à sa verve poétique. Il ne faut pas se fier aux apparences. Les mots exhibent leurs cicatrices et les bombes explosent «sous les fleurs de la tapisserie».
Marlène Tissot, c’est Bukowski au féminin: la même rage, la sensualité en plus.
François-Xavier Farine

Mon avis :

Elle nous parle d’elle, de déception, d’amour et de possible.
Elle nous parle de sa mère, de solitude, de l’enfance et de la vie.

En quelques phrases, elle interroge son monde, le monde, sa relation aux autres.
Elle nous parle de son univers, mais au fond, c’est de notre univers qu’elle parle.

Les textes, illustrés par les belles encres de Somotho, touchent et j’aurais pu vous recopier tout le recueil si ça pouvait vous convaincre de découvrir ces poèmes.

Extraits

Script

Les jours où je ne
comprends plus rien
je me dis
peut-être qu’on vit tous
dans une série télé
peut-être que j’ai juste
oublié d’apprendre
mes répliques
peut-être que je suis
restée coincée
dans la coupure pub

Faire semblant

Autrefois
je croyais que les adultes
ne pleuraient pas
n’avaient jamais peur
connaissaient toutes les réponses
je me disais que grandir nous transformait
qu’une étrange alchimie
rendait les choses plus simples
qu’on n’avait plus à s’inquiéter de rien
sauf gagner de l’argent
et se soucier de certains détails
comme
égoutter les nouilles
ou sortir le linge de la machine à laver
Evidemment je me trompais
les adultes sont juste des enfants
qui ont appris à faire semblant
et cachent leurs larmes et
tout un tas d’autres choses

Celle qui se cache sous les fleurs de la tapisserie

Je ne sais pas trop pourquoi
je mens et ce ne sont pas réellement
des mensonges mais plutôt des choses
que je passe sous silence
la peau de mon âme qui refuse
de se dénuder
comme si parler de moi
me faisait froid en dedans
alors je me tais
je me fais toute petite
planquée sous les fleurs de la tapisserie
et quand on m’oublie enfin tout à fait
j’invente des histoires
pour mettre le feu à la paille des jours
pour faire mon intéressante dans la solitude
des pages à carreaux

Détails :

Auteur : Marlène Tissot – Somotho (dessins)
Éditeur : Le Citron Gare
Date de parution : 2013

La Jeune Épouse – Alessandro Baricco

La Jeune Épouse – Alessandro Baricco

La Jeune Épouse - Alessandro BariccoC’est un roman plein de douceur, de délicatesse et de volupté. C’est un monde fascinant que nous offre Alessandro Baricco. Un magnifique roman à découvrir sans tarder !

La quatrième de couv :

Italie, début du XXe siècle. Un beau jour, la Jeune Épouse fait son apparition devant la Famille. Elle a dix-huit ans et débarque d’Argentine car elle doit épouser le Fils. En attendant qu’il rentre d’Angleterre, elle est accueillie par la Famille. La Jeune Épouse vit alors une authentique initiation sexuelle : la Fille la séduit et fait son éducation, dûment complétée par la Mère, et le Père la conduit dans un bordel de luxe où elle écoutera un récit édifiant, qui lui dévoilera les mystères de cette famille aux rituels aussi sophistiqués qu’incompréhensibles. Mais le Fils ne revient toujours pas, il se contente d’expédier toutes sortes d’objets étranges, qui semblent d’abord annoncer son retour puis signifient au contraire sa disparition. Quand la Famille part en villégiature d’été, la Jeune Épouse décide de l’attendre seule, une attente qui sera pleine de surprises.

Mon avis :

Parfois, quand je rentre dans ma librairie préférée, Cécile, la libraire, me donne un titre, son emplacement dans la librairie et me dit : «Vous devriez beaucoup aimer». En général, dans ce cas, je prends le livre sans vraiment lire le résumé et je lui fais confiance. C’est ce qui c’est passé avec ce livre. Et encore une fois, elle a vu juste !

La Jeune Épouse vient tout juste d’avoir 18 ans. Et comme cela a été convenu, elle vient pour épouser Le Fils. Malheureusement, celui-ci a été envoyé au loin pour développer les affaires de la famille. Et personne ne semble savoir quand il reviendra. Alors, pour la Jeune Épouse, l’attente va commencer au sein de cette famille fantasque: le Père, roc au coeur fragile et qui partage avec les autres membres de la famille la peur de mourir la nuit, une Mère aux raisonnements plutôt sibyllins, une Fille avec un handicap qui la rend très discrète, un Oncle qui dort tout le long de la journée, mais émet toujours des sentences pleines de bon sens et un domestique qui transmet les informations importantes par un registre travaillé de petites toux.

La Jeune Épouse va bousculer les habitudes immuables de cette famille. Mais elle va aussi être initiée aux plaisirs, à la sensualité et à la sexualité. Son caractère va s’affirmer. Peu à peu, elle va découvrir leurs secrets et finir par suivre la même route qu’eux…

Jamais vulgaire, l’auteur joue des règles et bouscule les codes établis avec ses personnages. Sa narration nous déroute aussi au premier abord en glissant subrepticement d’une narration rapportée à une narration directe ou en glissant de longues digressions sur le métier d’écrire et sur ce que cela révèle. Mais jamais il ne nous perd. C’est un roman plein de douceur, de délicatesse et de volupté. C’est un monde fascinant que nous offre Alessandro Baricco. Un magnifique roman à découvrir sans tarder !

Extraits

IMG_1508

IMG_1541

Détails :

Auteur : Alessandro Baricco
Éditeur : Gallimard
Date de parution : 01/04/2016

Le palais de glace – Tarjei Vesaas

Le palais de glace – Tarjei Vesaas

Le palais de glace - Tarjei VesaasPréparez-vous un bon thé bien chaud et laissez-vous envelopper par le froid norvégien… Splendide !

La quatrième de couv :

Dans un paysage de légende façonné par le froid et la glace, au coeur de l’interminable automne norvégien, deux fillettes se découvrent et se reconnaissent. Siss et Unn, Unn et Siss. De caractère en apparence opposé, elles s’attirent et se troublent, jusqu’au soir où, les yeux plongés dans un même miroir, elles scellent un pacte, un lien aussi indéfectible qu’inexplicable, ténu comme un cristal de givre et puissant comme le palais de glace figé au pied de la cascade – ce palais qui, à la mystérieuse disparition d’Unn, deviendra tour à tour mausolée de lumière et temple du souvenir.

Le Palais de glace, classique incontournable de la littérature norvégienne, approche avec une acuité rare l’intensité troublante des secrets et le sérieux insondable des émotions enfantines.

Mon avis :

Il y a des livres qui méritent qu’on attende le bon moment pour les découvrir. Le palais de glace en fait partie. Sur mes étagères depuis quelques mois déjà, j’attendais de connaître un peu l’ambiance norvégienne afin de mieux m’imprégnier de ce texte. Et ce fut une très bonne idée!

Car dans ce texte, c’est surtout une atmosphère qui nous porte:

  • le froid mordant qui transforme une cascade en oeuvre d’art,
  • la nuit présente tout le temps et qui amplifie les pas de l’intrépide Siss lorsqu’elle va rejoindre son amie Unn
  • les paysages époustouflants évoqués au détour de presque chaque phrase…

Mais, dans cet hiver qui s’installe, c’est un drame qui va se jouer. A peine les deux fillettes se sont-elles reconnues qu’Unn, la timide, va disparaître, laissant Siss et tout un village dans l’attente et la tristesse. Après cette disparition, Siss devra faire face aux promesses non tenues et prendre plus tôt que prévu le chemin du monde des adultes.

Il n’y a presque rien dans ce livre. Et pourtant il est plein de force et de délicatesse en même temps. On y trouve une merveilleuse tendresse dans ces amitiés enfantines. Et une ambiance portée par ce froid tellement poétique sous la plume de Tarjei Vesaas… Préparez-vous un bon thé bien chaud et laissez-vous envelopper par le froid norvégien… Splendide !

Détails :

Auteur : Tarjei Vesaas
Éditeur : Cambourakis
Date de parution : 09/2014

Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien Tolmé

Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien Tolmé

Ce n’est pas toi que j’attendais – Fabien TolméC’est avec beaucoup de simplicité et de sincérité que Fabien Toulmé nous raconte la venue de celle qu’il n’attendait pas…

La quatrième de couv :

Dans la vie d’un couple, la naissance d’un enfant handicapé est un ouragan, une tempête. Quand sa petite fille naît porteuse d’une trisomie non dépistée, la vie de Fabien s’écroule. De la colère au rejet, de l’acceptation à l’amour, l’auteur raconte cette découverte de la différence. Un témoignage poignant qui mêle avec délicatesse émotion, douceur et humour.

Mon avis :

Il y a des maladies qui font plus peur que d’autres quand on attend un enfant. De celles dont on entend souvent parler, en se disant que ça n’arrive qu’aux autres. La Trisomie 21 est l’une de ces maladies. Entre méconnaissance, peur de la différence, des difficultés au jour le jour pour accompagner au mieux son enfant… Pourtant, c’est face à cette maladie que vont se retrouver confrontés Fabien et sa femme.

Alors que tous les examens étaient normaux, alors que les infirmières le rassurent au moment de la naissance, rien n’y fait, Fabien est inquiet. Dans le faciès et les positions de sa deuxième fille, il sent que tout n’est pas normal. Jusqu’au verdict des médecins qui viendra confirmer ce qu’il redoutait tant… Sa deuxième fille est trisomique. Et là c’est tout son monde qui va s’effondrer… Beaucoup de pleurs dans un premier temps, d’incompréhension, de colère, de peur… Le chemin ne sera pas facile pour cette famille et surtout pour Fabien.

Mais c’est avec beaucoup de simplicité et de sincérité qu’il nous raconte cette aventure, sans rien cacher de son rejet premier ou des difficultés du début. Et tour à tour c’est des frissons qu’on ressent, de la peine ou de la joie pour cette famille pas comme les autres. On passe du rire aux larmes, en refermant cette BD sur de vraies photos d’une Julia tout sourire…

Détails :

Auteur : Fabien Tolmé
Éditeur : Delcourt
Date de parution : 08/10/2014