Archives de
Catégorie : Et toi tu lis quoi ?

Et toi, tu lis quoi ? Le mec de l’underground

Et toi, tu lis quoi ? Le mec de l’underground

Et toi, tu lis quoi ? Le mec de l'undergroundLe mec de l’underground, je l’ai croisé sur Twitter. Au début, tu te dis, « c’est quoi ce gosse mal poli qui ne sait pas parler sans mettre des gros mots tous les deux mots » (ouais, ok, là je joue la vieille ronchon). Puis tu vas jeter un premier coup d’œil sur son blog. Et tu te rends compte que t’es vraiment une vieille ronchon parce que tu ne comprends pas un mot sur deux de son argot sorti dont ne sait où.

Puis, tu retournes jeter un coup d’œil. Et tu te rends compte que derrière la grande gueule qui est prêt à défoncer tout ce qui bouge, y a quand même une sacrée plume. A part la plume et ses histoires, on est d’accord. Mais il assure quand même Le mec de l’underground. Alors forcément, j’ai voulu savoir ce qu’il lisait.

T’as pas peur de l’argot et du côté provoc ? Alors clique pour lire la suite.

Lire la suite Lire la suite

Et toi, tu lis quoi ? Sarah

Et toi, tu lis quoi ? Sarah

Sarah est une grande lectrice. Mais Sarah est aussi non-voyante. Elle nous parle aujourd’hui de ses lectures, du plaisir retrouvé grâce au numérique, mais aussi des problèmes qu’elle rencontre avec les DRM ou les outils non accessibles.

Tu lis quoi Sarah ?

Miséricorde de Jussi Adler-Olsen. Je viens de le commencer mais déjà, je trouve Hafez El Assad attachant. Sacré duo qu’ils ont l’air de former au Département V !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’aime beaucoup les romans policiers / suspense et j’aime aussi découvrir de nouveaux auteurs. Il était dans la liste des livres que d’autres ont aussi acheté, j’ai donc voulu en savoir plus. C’est aussi l’occasion de lire un auteur danois, après l’Islande d’Arnaldur Indridason, que j’aime beaucoup, la Suède, la Norvège, autour du Danemark.

Ton livre précédent ?

L’hypnotiseur de Lars Kepler.

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés

C’est une question difficile ça. Comme dans l’iBooks, on peut en mettre beaucoup plus que 3, je tricherais ! Mais si je dois en choisir :

  • Le Petit Prince de Saint-Exupéry, c’est un livre qui m’a marquée quand je l’ai lu pour mon cour de français en 6e, un de mes premiers livre en braille.
  • Une Petite Princesse de Frances Hodgson Burnett, l’anime Princesse Sarah a marqué mon enfance. 🙂
  • Et pour le dernier, un roman policier avec de bonnes critiques qu’on me conseillera, comme ça, je découvrirais une histoire.

Corne ou marque-ta-page

Marque page automatique de l’iBooks mais souvent, je termine le chapitre en cours.

Plutôt lecture papier ou numérique

Numérique sans hésiter !

La lecture papier prend encore plus de place pour moi, un livre en braille, c’est énorme ! Et si j’achète un livre papier, je dois forcément le scanner pour pouvoir le lire, donc il devient numérique. 🙂 Il faudrait rajouter à la question, la lecture audio.

L’arrivée de l’ePub m’a permis de lire encore plus de livres qu’avant. Je lisais beaucoup en audio mais malheureusement dans ce format, tous les titres ne sont pas disponibles. De plus, je suis sensible à la voix et parfois, je ne peux pas écouter un livre juste à cause de la voix du lecteur. Mais à l’inverse, il y en a aussi que j’aime beaucoup. Lorsque j’ai commencé à lire un auteur en audio, si son lecteur change pour un autre titre, ça me gène. Par exemple, pour moi la voix des romans de Michael Connnelly c’est Eric Herson-Macarel.
Quant à la lecture en braille, je suis plus lente, c’est pour cela que je lui avait privilégié l’audio et aujourd’hui l’ePub.

Donc, les avantages de l’ePub sont :

  • Accès au livre en même temps que les personnes valides.
  • Plus besoin de le scanner avec les fautes de numérisation et de correction que cela engendre.
  • Emporter un tas de livres divers et variés avec moi sans souci de place ni de poids.
  • Pouvoir lire un extrait avant de l’acheter.
  • Pouvoir m’imaginer la propre voix des personnages, le ton qu’ils mettent dans leur dialogue contrairement au livre audio, où le lecteur l’interprète déjà. Il est plus facile d’imaginer les voix que l’on souhaite donner aux personnages avec une synthèse vocale qu’un vrai lecteur.
  • L’association de mon afficheur braille en bluetooth sur l’iPhone me permet d’avoir le livre en braille et de pouvoir facilement passer d’une lecture via la synthèse vocale à une lecture tactile à ma guise.

Quelque chose de plus à ajouter ?

Le fait de pouvoir naviguer dans les rayons virtuels des librairies, lire les 4e de couverture des livres me rappelle quand j’étais petite et que je faisais ça à la bibliothèque ou dans les magasins, choses que je n’ai pu plus faire quand j’ai perdu la vue.

Je regrette que les éditeurs choisissent de protéger leur eBooks avec des DRM qui nous empêchent de pouvoir les lire sur le support de notre choix.

Pour une personnes déficiente visuelle, actuellement, si elle souhaite lire dans ce format, il lui faut un iPhone / iPad. Aucune autres tablettes / liseuse n’est accessible. Quand au logiciel Adobe Digital, qui permet de les lire sur Mac / PC, il est complètement inaccessible. Il existe quelques alternatives mais les ePub doivent être sans DRM et là, le choix est malheureusement plutôt très limité. Ce qui devrait être une révolution pour l’accès à la lecture pour une partie de la population devient un frein.

Je regrette également leur coût qui reste encore élevé.

Twitter est définitivement une source inépuisable de rencontres intéressantes. Alors si vous voulez suivre Sarah, elle gazouille avec le pseudo @saliamira

Merci à elle pour ses réponses. Si seulement quelques maisons d’édition pouvaient prendre en compte ces problématiques d’accessibilité, elles y gagneraient en lecteurs…

Et toi, tu lis quoi ? @fnacbookeur

Et toi, tu lis quoi ? @fnacbookeur

À lire le manifeste des 451, on a l’impression que lire numérique finalement ce n’est pas lire de la littérature. Ou alors qu’on enlève le gagne-pain des maisons traditionnelles. Vous le savez, je lis depuis un bon moment maintenant aussi bien en papier qu’en numérique. Je lis de mauvais livres en numérique et en papier et je lis de très bons livres en numérique et en papier.

Mais aujourd’hui, je vous présente Fnacbookeur. Ce qui est intéressant avec ce lecteur, c’est qu’il est devenu un très gros lecteur grâce au numérique… Il nous explique pourquoi.

Tu lis quoi?

Je lis la version numérique de La dame et le poète de Maeve Haran publié par Milady Romance. Je n’en suis qu’au début et j’apprécie beaucoup!

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre?

En fait je voulais découvrir ce que publie depuis peu Milady Romance tout en restant
dans le cadre du Moyen-Âge comme dans La mémoire froissée de Christine Machureau dont j’ai lu les 2 premiers tomes.

Ton livre précédent?

Le tome 3 du manga numérique Ubunchu.

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés

Seulement trois? Je ne raisonne pas forcément en termes de titres mais d’auteurs
qui écrivent parfois des oeuvres en plusieurs tomes!

Il me faudra forcément du Florent Villard, du Jeff Balek, du Eric Lequien Esposti.

Corne ou marque-ta-page

Marque page automatique ou manuel sur ma liseuse.

Plutôt lecture papier ou numérique?

Lecture numérique, sans hésitation!

Je lisais de moins en moins de livres depuis mes études de Lettres Modernes!

Le livre en papier est trop peu maniable pour moi, peu adapté à mon mode de vie.
Le Fnacbook fut une révélation salutaire pour moi: j’avais toujours en moi le goût de lire
mais pas l’outil adapté!

Ainsi:

  • je peux stocker des centaines de livres sans encombrer mon logement
  • je peux lire avec une seule main libre, en transports en commun
  • je peux lire des ouvrages conséquents sans poids élevé
  • je peux lire à tout moment n’importe lequel de mes nombreux ouvrages stockés en mémoire interne
  • je peux lire des auteurs non édités en papier! Que de découvertes impossibles autrement!
  • je peux lire de différentes façons (lecture prolongée, lecture fragmentée…) facilement
  • je peux lire sans être ébloui par le blanc du papier en cas de forte luminosité (soleil par exemple)
  • je peux lire sans la contrainte physique du livre papier (mise en page figée, taille des caractères fixe, page qui s’abîment ou se décollent, etc.)

En bref, je peux lire mieux, je peux lire plus!
Avant: deux à quatre livres (maximum!) par an
Maintenant: j’en suis à mon centième livre en moins d’un an!

Quelque chose de plus à ajouter?

Je tiens absolument à remercier les auteurs et éditeurs qui permettent aux livres de mieux trouver leurs lecteurs potentiels.

Je veux saluer les expérimentations qui gagneraient à être plus connues (transmédia, découpage pour lectures fragmentées, interactivités variables…)

Je veux encourager ces auteurs et éditeurs à résister au dénigrement que je constate trop souvent.

Je n’ai jamais vraiment fréquenté une librairie pour des achats ou du conseil, je ne suis donc pas un « client perdu ».

Je veux le dire encore:
Lire un livre sur liseuse, C’EST LIRE
Lire un livre sur smartphone, C’EST LIRE
Lire un livre sur tablette, C’EST LIRE
Lire un livre sur papier n’est pas plus noble, C’EST LIRE
Il ne faut pas rejeter l’augmentation du nombre de lecteurs ainsi obtenue, selon moi!

 

Merci à lui pour ses réponses. Il adore aussi débattre du numérique sur Twitter. Alors si vous avez envie de discuter avec lui, vous savez où le trouver.
Bon dimanche.

Et toi, tu lis quoi ? Anne

Et toi, tu lis quoi ? Anne

Anne adore les chats (et c’est peu de le dire), la lecture et l’Islande. Elle a toujours un bon livre à conseiller, fait partie de ces gens sur Twitter qui, même si tu ne discutes pas avec eux tous les jours, sont présents si besoin, mais aussi Anne a un bouquiniste dans sa ville qui me donne envie de déménager chaque fois qu’elle exhibe son butin sur Twitter.
Alors aujourd’hui Anne partage ses lectures avec nous.

Tu lis quoi Anne ?

Je viens de terminer L’ embellie de Audur Ava Olafsdottir édité aux éditions Zulma (voir son avis sur son Tumblr).

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’avais lu et adoré son premier livre paru l’année dernière, Rosa Candida et je me suis donc précipitée pour acheter le second le jour de sa parution. Et je n’ai pas été déçue au contraire. Je trouve L’embellie encore plus réussi que Rosa Candida ! Peut-être parce qu’il évoque plus l’Islande, pays que j’ai eu la chance de parcourir il y a 20 ans, et qui m’a laissée comme envoûtée. La littérature islandaise à cela de particulier, que la nature sauvage, fascinante est toujours un personnage à part entière… C’est vrai également pour la majorité de la littérature scandinave, même dans les policiers…

C’est sans doute dû à la rigueur du climat et à la solitude des gens dans un habitat dispersé, hors la capitale.
La légende dit que les voyageurs en Islande, quand ils campaient le soir près d’un cairn, écrivaient pour passer le temps, le voyageur suivant continuait l’histoire du précédent… ainsi naquit le goût pour la littérature islandaise.

Ce qui est sûre c’est qu’ à Reykjavik il y a 20 ans, il y avait plus de librairie que de supérettes !
Bref, vous aurez compris que j’adoooooore la littérature nordique et plus particulièrement islandaise…
On l’apprécie et la comprend d’autant mieux qu’on connaît le pays ! Lisez Halldor Laxness (prix Nobel de littérature) La cloche d’Islande et vous comprendrez pourquoi c’est un grand pays !

Ton livre précédent ?

Un autre livre de la rentrée littéraire 2012 conseillé par ma libraire, La nuit tombée d’ Antoine Choplin aux éditions La fosse aux Ours.

Un très beau texte qui prend aux tripes sur le retour d’un homme dans la zone interdite de Tchernobyl deux ans après les événements… Sa rencontre avec les amis perdus, sa confrontation avec la destruction, la désolation… Beaucoup d’humanité sur une catastrophe inhumaine… Un livre que je n’oublierai pas… Belle découverte.

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés ?

Question insoluble pour moi ! Je suis une boulimique anxieuse de manquer de lecture en permanence, il m’est donc impossible de partir quelque part même quelques jours sans au moins 4 à 5 livres… C’est même pathologique alors choisir 3 dans l’absolu… Je ne PEUX pas ça m’angoisse.

Je lis beaucoup dans des domaines très différents et mes coups de cœurs varient en fonction de mes états d’âme du moment aussi !

Mais disons que les chocs littéraires qui m’ont marquée étant jeune : Voyage au bout de la nuit de Céline, 100 ans de solitude de Garcia Marquez , L’œuvre des mers d’Eugene Nicole.

Corne page ou marque-ta-page ?

Marque page sans hésitation, je déteste abîmer mes libres, j’adore l’odeur des livres neufs et j’apprécie les efforts de certains éditeurs dans l’utilisation de beaux papiers et belles couvertures.
Donc hors de question de gribouiller ou corner les pages de mes livres… Mes notes éventuelles sont prises sur un carnet à part…
Je fais collection de marques pages de toutes façons…

Plutôt lecture papier ou numérique ?

Jusqu’à il y a 4 mois j’aurais dit papier sans hésitation avec tout l’argumentaire cité ci-dessus… Odeur, bel objet, relation charnelle en plus de l’intérêt du texte…

Depuis que j’ai acheté ma liseuse, il y a 4 mois, j’ai totalement changé d’avis… Le confort de lecture est très bon et surtout mon dos me dit merci… Mon sac à main en est très allégé ! En fait je réserve la liseuse pour les livres dont je ne souhaite pas forcément garder une trace physique comme les polars, thrillers, etc. Je garde le papier pour mes auteurs et éditeurs favoris !

Quelque chose de plus à ajouter ?

Heuuu question à ne pas me poser ! J’ai déjà largement abusé de mon temps de parole…
Juste un conseil, ne vous cantonnez pas dans vos lectures aux livres dont tous les médias vous parlent, la majorité n’ont pas grand intérêt, allez voir un vrai libraire et laissez vous guider par ses choix inédits ! Et là le voyage commence…

 

Merci à Anne pour ses réponses. Et bien sûr, j’adhère totalement au fait de ne pas se cantonner aux livres « vendus » par tous les médias. Surtout en cette période de rentrée littéraire !

En tout cas, si vous voulez suivre Anne sur Twitter, voici son compte @chalipette.

Bon week-end ensoleillé à tous !

Et toi, tu lis quoi ? Sarah

Et toi, tu lis quoi ? Sarah

L’une ne va pas sans l’autre. Alors quand j’ai proposé à Deborah de partager ses lectures avec nous, j’ai tout naturellement demandé à Sarah par la même occasion. Sarah à une petite particularité qu’heureusement vous n’aurez pas à subir ici : c’est ce qu’on a fini par appeler un ver d’oreille. Mais si, vous savez. Ces gens qui arrivent TOUJOURS à vous mettre une chanson qui vous reste dans la tête une journée entière. Une spécialiste. enfin, vous n’aurez pas à subir ça. Découvrons simplement ses lectures.

Tu lis quoi Sarah ?

Je viens d’achever (de lire, bien sûr ;-)) Tante Mame, de Patrick Dennis.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Eh bien, surprise : ce livre m’a été conseillé par Tulisquoi ! Et comme souvent, Tulisquoi a de très bonnes lectures ! C’est l’histoire d’un petit garçon qui est recueilli par sa tante après le décès de son père. Mais attention, une tante pas comme les autres, un peu barge (n’ayons pas peur des mots), avec qui il va se retrouver dans des situations complètement folles. C’est un livre très plaisant, qui m’a fait beaucoup sourire.

Ton livre précédent ?

L’Heure des loups de Shane Stevens. Comme certaines le savent, j’ai eu beaucoup de mal à le lire, j’ai même dû le recommencer parce que je n’arrivais vraiment pas à me plonger dans l’histoire… Je ne sais pas pourquoi, peut-être trop de personnages, trop de détails ou pas assez, pas vraiment de surprises… Je n’ai pas accroché (sorry Shane).

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés

En effet, c’est pas facile d’y répondre ! Je pense que je prendrai Au bonheur des dames de ce cher Emile (Zola), j’ai adoré l’évolution de la petite Denise. Je prendrai aussi Sacrées sorcières de Roald Dahl : après l’avoir lu petite, j’étais convaincue que les sorcières existaient vraiment… ça m’a marquée (et encore maintenant, je regarde les pieds des femmes pour voir s’ils ne sont pas carrés). Et enfin, sûrement un Stephen King, j’hésite entre Salem et Bazaar. Disons Bazaar, parce que je n’ai pas encore eu l’occasion de le relire contrairement aux autres. J’ai eu beaucoup de mal avec Stephen King au début, j’ai pourtant une personne qui essayait de me forcer à les lire mais je pense que j’étais trop « jeune », ça ne m’intéressait pas… quel dommage ! J’adore la plupart de ses livres maintenant. Bien sûr, il y a d’autres livres que j’adore, mais ce sont des livres qui ont marqué mon enfance ou mon adolescence.

Corne ou marque-ta-page ?

Plutôt marque-page, même si je ne les ai jamais sur moi et que du coup j’utilise des bouts de papiers (tickets de caisse, de cinéma, etc.).

Plutôt lecture papier ou numérique ?

Les deux ! J’ai découvert le Kindle l’année dernière et il m’a agréablement surprise ! C’est vraiment comme si on lisait sur du papier, et en plus ça ne prend pas de place dans le sac. Je n’ai pas encore le réflexe d’acheter des livres sur le Kindle… Et je continue à les acheter en version papier (que j’adore aussi bien sûr), j’aime tourner les pages (non je ne suis pas folle) et voir où j’en suis réellement, et pas seulement en pourcentage…

Quelque chose à ajouter ?

En parlant de marque-page-ticket-de-caisse, il y en avait un dans le livre de Patrick Dennis appartenant à sa propriétaire, je n’oublierai pas de le rendre en même temps que le livre ;-). Et aussi : as-tu des lectures à nous conseiller pour l’été Tulisquoi ?

 

Sarah, voyons, je pense que tu peux le jeter ce ticket de caisse 😉
Sinon, en lecture pour l’été, ça va être compliqué. Je ne lis pas vraiment d’autres types de livres en été. Alors voilà des idées, mais pas forcément légères.
L’inquiétude d’être au monde, dont j’ai parlé en début de semaine. Loin d’être léger, mais tellement dense.
Le confident, d’Hélène Grémillon. Acheté vendredi sur les conseils de ma libraire et lu dans la journée. C’est l’histoire d’une femme qui perd sa mère et qui, au milieu des lettres de condoléances, découvre un étrange courrier. Le lettres vont continuer à arriver régulièrement, lui parlant de son histoire à elle. Pas mal du tout.
Salut Marie, d’Antoine Sénanque. Où comment on peut finalement rire de tout, même du deuil, même de la religion, quand c’est fait avec intelligence. Il faut que je vous en parle bientôt.
Pacifico du Comte de Kerkadek. La maison d’édition en avait parlé . Je n’ai pas encore beaucoup avancé, mais ça a l’air bien barré. Voir chez ePagine pour un avis.

Et sinon… Et bien sinon, il suffit de continuer à suivre le blog cet été. Il fonctionne au ralenti, mais il y aura encore bien d’autres conseils à venir.

Bon dimanche et bonnes vacances à ceux qui y sont enfin !