Archives de
Étiquette : Rentrée littéraire 2013

Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Esprit d'hiver - Laura KasischkeÇa faisait longtemps que je n’avais pas été aussi pressée de finir un livre tellement je me suis ennuyée…

La quatrième de couv :

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Mon avis :

Tout a commencé comme ça avec cette lecture :


On peut donc dire qu’on ne partait pas du bon pied avec ce livre. Pourtant au départ, j’ai été attendrie par ce couple parti en Russie pour adopter une enfant. Et cette femme qui se réveille en retard en ce matin de Noël, avec une phrase en tête, qui va la poursuivre toute la journée : « quelque chose les avait suivie depuis la Russie». Sans qu’elle ne sache définir ce quelque chose.

Alors pourquoi tout a dérapé ensuite pour moi avec ce livre ? La lenteur. L’exaspérante lenteur de ce roman. On fait continuellement des aller-retour entre la Russie et les États-Unis. Elle passe des heures, insupportables, à se questionner sur des détails futiles. Et ce rôti… Ce rôti dont elle n’arrête pas de nous parler sans jamais, JAMAIS, le mettre au four (enfin, si, elle finit par le mettre au four, mais au bout d’un temps qui semble interminable).

Le problème c’est que cette femme m’insupporte au plus haut point. Aucun de ses malheurs (pourtant bien réels) n’a réussi à me faire compatir à sa situation. Elle semble tellement auto-centrée que ça en est devenu lassant.

Alors oui, une fois qu’on arrive à l’épilogue certaines choses deviennent plus claires, plus évidentes. Mais trop tard, bien trop tard pour qu’il ne me reste qu’un peu de pitié pour cette femme.

Et voici le mot de la fin sur Twitter

 

Détails :

Auteur : Laura Kasischke
Editeur : Christian Bourgeois Editeur
Date de parution : 08/2013
294 pages

Sauf les fleurs – Nicolas Clément

Sauf les fleurs – Nicolas Clément

Sauf les fleurs - Nicolas ClémentCours écouter cette voix qui te murmure son histoire d’une voix puissante !

La quatrième de couv :

Marthe vit à la ferme avec ses parents et son frère Léonce. Le père est mutique et violent, mais l’amour de la mère, l’enfance de Léonce et la chaleur des bêtes font tout le bonheur de vivre.

À seize ans, elle rencontre Florent et découvre que les corps peuvent aussi être doux. Deux ans plus tard, le drame survient. Les fleurs sont piétinées, mais la catastrophe laisse intacts l’amour du petit frère et celui des mots.
Une histoire bouleversante et charnelle, une langue d’une puissance étincelante : la voix de Marthe, musicale et nue, accompagnera le lecteur pour longtemps.

 

Lire la suite Lire la suite

Le cycliste de Tchernobyl – Javier Sebastián

Le cycliste de Tchernobyl – Javier Sebastián

Le cycliste de Tchernobyl - Javier SebastiánUn texte à la fois magnifique et terrifiant. On ne peut s’empêcher de lire ce livre avec Fukushima en tête !

La quatrième de couv :

Un vieil homme hagard, entouré de sacs remplis de vêtements, est abandonné dans un self-service sur les Champs-Élysées. « Ne les laissez pas me tuer », c’est tout ce qu’il sait dire.

Pripiat, ville fantôme, à trois kilomètres de la centrale de Tchernobyl : dans les rues désertes, entre la grande roue neuve et les autos tamponneuses abandonnées, pas âme qui vive. Sauf les samosiol, ceux qui sont revenus dans la zone interdite. Laurenti Bakhtiarov chante Demis Roussos devant la salle vide du ciné-théâtre Prometheus, deux Américains givrés testent les effets de la radioactivité sur leur corps… Au cœur d’une apocalypse permanente, Vassia, l’homme à vélo, croit encore à la possibilité d’une communauté humaine.

Ce roman magistral est librement inspiré de la vie de Vassili Nesterenko, physicien spécialiste du nucléaire, devenu l’homme à abattre pour le KGB pour avoir tenté de contrer la désinformation systématique autour de Tchernobyl.

Des paysages hallucinés aux aberrations du système soviétique, Sebastián signe un texte d’une force rare, à la fois glaçant et étrangement beau, hymne à la résistance dans un monde dévasté.

Nue – Jean-Philippe Toussaint

Nue – Jean-Philippe Toussaint

Nue - Jean-Philippe ToussaintDans la sélection actuelle pour le Goncourt, ce quatrième livre sur Marie m’aura, pour ma part, un peu déçue !

La quatrième de couv :

La robe en miel était le point d’orgue de la collection automne-hiver de Marie. À la fin du défilé, l’ultime mannequin surgissait des coulisses vêtue de cette robe d’ambre et de lumière, comme si son corps avait été plongé intégralement dans un pot de miel démesuré avant d’entrer en scène. Nue et en miel, ruisselante, elle s’avançait ainsi sur le podium en se déhanchant au rythme d’une musique cadencée, les talons hauts, souriante, suivie d’un essaim d’abeilles qui lui faisait cortège en bourdonnant en suspension dans l’air, aimanté par le miel, tel un nuage allongé et abstrait d’insectes vrombissants qui accompagnaient sa parade.

Nue est le quatrième et dernier volet de l’ensemble romanesque MARIE MADELEINE MARGUERITE DE MONTALTE, qui retrace quatre saisons de la vie de Marie, créatrice de haute couture et compagne du narrateur : Faire l’amour, hiver (2002) ; Fuir, été (2005) ; La Vérité sur Marie, printemps-été (2009) ; Nue, automne-hiver (2013).

Lire la suite Lire la suite

L’extrait du mardi #119

L’extrait du mardi #119

« Quelques jours après l’accident de la centrale, le ministre Romanenko a recommandé à la population de fermer les fenêtres. Il fallait aussi nettoyer les semelles des chaussures avant d’entrer dans les maisons. Et passer un linge humide sur les meubles. C’était très important de le faire. »
En commentaire de la photo d’une vache morte sur une route, Iakov Vassiliev a écrit : « On devait d’abord boire beaucoup de lait. Mais après plus du tout, parce que le lait était contaminé (les vaches mangent de l’herbe et on nous a dit que c’est dans l’herbe qu’il y a le plus de radiations). Buvez plutôt de l’eau, sans rien. De l’eau en abondance. Il faut hydrater le corps pour que les particules radioactives s’évacuent par la sueur et l’urine. Plus tard, ils ont dit que l’eau aussi était contaminée, surtout celle des puits et des étangs. Ne prenez pas de mesures particulières, continuez à mener une vie normale. Comme avant. Alors, qu’est-ce qu’il faut faire finalement ? je leur ai demandé. »