Un livre ambitieux qui propose un manifeste pour un système mondial et établi une liste de propositions pour l’année 2075.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Un livre proposé par Les agents littéraires. Merci à eux et à l’auteur pour l’envoi du livre.

La quatrième de couv :

De décembre à septembre de l’année suivante, une bande de quadras – un psychanalyste et sa femme ; un philosophe ; un rabbin libéral ; une spécialiste de géopolitique ; un économiste et sa femme ; un italien spécialiste de la bioénergie et du climat – se réunissent à l’occasion de repas à Paris, ou de séjours en province ou aux Etats-Unis, pour réfléchir à un système collectif mondial susceptible d’être accepté par tous. Ils rédigent une charte à l’attention de l’ONU qui pourrait entrer en vigueur à l’horizon 2075.
Revisiter les valeurs
Les seules qui vaillent sont celles qui tendent à neutraliser le pire pour l’Homme (agressions ; maladies ; pauvreté ; isolement), et qui doivent imprégner tous nos domaines de vie.

Revisiter l’économiquement correct
Nouvelle valeur du travail – Nouvelle conception du libéralisme : vocation de l’entreprise et de la bourse – Nouvelle conception de la consommation, et de la richesse des individus et des Etats – Nouveau mode de contrôle de la recherche…

Revisiter le socialement correct
Valeur de l’individu coincé entre le réel et le virtuel, et vivant toujours en liberté conditionnelle – Affirmation de son appartenance à une communauté (langue et religion) – Promotion du respect et non plus de la tolérance…

Revisiter le politiquement correct
Valoriser le citoyen en lui donnant à élire tout homme qui détient tout type de pouvoir, dans le cadre d’un système de vote qui tient compte de ses vraies compétences – Militer pour la fin des Etats et pour une gouvernance mondiale…

Une charte courageuse et ambitieuse pour éclairer nos chemins obscurcis.

Mon avis :

Que ce soit les manifestations récentes du Printemps arabe, la crise financière, les faillites des banques, comme la dernière en date de Dexia, ou encore le mouvement américain #takewallstreet, il y a un besoin de changements, de revoir nos manières de fonctionner. Le tout, sur le long terme. Or, un homme politique, quel que soit son appartenance, a une vision à cinq ans. Un mandat de président. Au-delà de cette période, cela ne le regarde plus, à moins qu’il ne souhaite se représenter. Pourtant, c’est bien sur le long terme qu’il faut repenser nos économies, nos manières de vivre, de travailler. Et c’est justement au long terme que s’attaque cet essai romancé. A l’horizon 2075 plus exactement.

La partie essai est très intéressante. Avec une réflexion bien argumentée, des chiffres à l’appui (même si je ne les ai pas vérifiés), l’auteur part de la définition des valeurs humaines importantes, pour continuer sur l’aspect économique en abordant le sujet du travail qui se raréfie, les revenus qui ne suffisent plus toujours pour (sur)vivre, mais il aborde également « l’injustice » liée au droit du sol et les ressources naturelles qui, aujourd’hui, appartiennent à un état alors qu’elles sont le bien de l’humanité. Mais l’individu n’est pas en reste, et c’est sa place au sein des collectivités culturelles, communautaires et religieuses qui est également abordée. Une fois tous ces aspects abordés, l’auteur en tire une proposition de charte mondiale pour 2075. Il nous propose ainsi l’avènement d’un gouvernement mondial, garant des ressources mondiales, de la distribution du travail, mais également garant de la Santé mondiale. Des sujets hautement délicats sont également abordés comme, par exemple, l’euthanasie ou la régulation des naissances par une formation obligatoire des futurs parents.

Pour l’aspect essai, les sujets sont toujours très clairement exposés et, même si on peut ne pas être d’accord avec l’ensemble des propositions, elles font sens et semblent, pour certaines, inévitables.

Le gros problème pour moi aura été l’aspect romancé. En effet, plutôt que nous présenter « simplement » un essai, l’auteur a choisi de lier ses idées par une histoire. Or, il n’y a ici qu’une ébauche d’histoire. D’un dîner entre amis, à un voyage improvisé pour tous en bord de mer pour aborder encore une fois le manifeste mondial, à des naissances d’idylles ou d’annonce de grossesse… tout cela est mené avec beaucoup de répétitions qui alourdissent le sujet sans rien y apporter. Et, dernier point négatif, les règles orthotypographiques ne sont pas du tout respectées. Un détail peut-être, vu l’importance du sujet, mais qui peut très vite devenir ennuyeux.

Au final, j’en retiens de nombreuses idées intéressantes qui devraient être examinées avec beaucoup d’attention par les instances concernées, afin de préparer cet après au mieux, mais également une déception pour l’aspect romancé.

Extrait :

Un extrait a été posté dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Jean-Marc Baugier
Editeur : CPS éditions
Date de parution : 01/01/2010
453 pages

Cette chronique a déjà été lue 3483 fois.

%d blogueurs aiment cette page :