Black no more - Georges S. SchuylerUne satire brûlante contre les préjugés raciaux des Etats-unis et les bigots de tout bord. A découvrir absolument !

La quatrième de couv :

Selon Max Disher, jeune Noir de Harlem en ce début des années 1930, un membre de sa communauté n’a que trois alternatives : « Foutre le camp, devenir blanc ou serrer les dents ». Incapable de partir et n’appréciant guère de s’aplatir, Max va bondir sur la deuxième opportunité.

En effet, grâce à Black No More™, mystérieux procédé créé par un certain Dr Junius Crookman, qui permet de changer de couleur de peau en trois jours (et vingt-quatre heures seulement pour un nouveau-né !), Max et une foule de clients noirs empressés sont blanchis et peuvent ainsi s’introduire dans un monde qui leur était jusque-là interdit. Mais les Blancs sont-ils vraiment plus heureux ? Ce que Max découvre de leur société ne tarde pas à le laisser dubitatif…

Roublard et opportuniste, notre anti-héros ira néanmoins au terme d’une rocambolesque aventure qui fera de lui, l’ex-Noir de Harlem, le porte-parole d’une nouvelle organisation suprématiste blanche, les Chevaliers de Nordica, des épigones du Ku Klux Klan qui s’insurgent contre la transformation de la race à grande échelle !…

Fable satirique grinçante, dans la lignée d’un Swift et d’un Orwell, Black No More ne se contente pas de déboulonner les mythes de la suprématie blanche et de la pureté raciale mais brocarde aussi les principaux leaders de la NAACP et de la Harlem Renaissance. Original et atypique, le roman de Schuyler nous offre un point de vue décapant sur l’hypocrisie, la démagogie et les magouilles populistes accompagnant l’obsession américaine pour la couleur de peau.

Mon avis :

Avoir du mal à trouver un boulot, vivre dans un quartier pauvre, se faire rabrouer par les femmes blanches… Voilà un peu le quotidien de Max et Bunny, deux amis de longue date. Noirs tous les deux, ils n’en peuvent plus de subir leur condition. Alors qu’ils imaginent, de l’autre côté de la « barrière », une vie de douce volupté, d’argent facile et de porte ouverte à la moindre envie. Lorsque l’un de leur ancien camarade invente Black No More™, un procédé révolutionnaire pour blanchir les Noirs, Max saute sur l’occasion! Il sera l’un des premiers à se faire blanchir et à ainsi accéder à cette vie tant rêvée ! Car une fois le procédé appliqué, impossible de faire la différence entre un Blanc et un Noir. L’illusion est parfaite !

Passé de l’autre côté de la barrière, il va vite se rendre compte que la vie des Blancs n’est pas forcément des plus joyeuses. « Il manquait quelque chose à ces lieux de distraction des Blancs, ou alors on y trouvait ce qu’on ne risquait pas d’observer dans les boîtes de Harlem. Ici, la joie et l’abandon étaient forcés. Les clients en faisaient des tonnes pour se prouver qu’ils prenaient du bon temps. Tout cela était si artificiel et si différent de ce à quoi il était habitué. Il lui semblait que les Noirs étaient plus gais et s’amusaient plus sincèrement tout en montrant plus de retenue. » Passé une première phase d’adaptation, et alors que Black No More™ prend de l’ampleur et suscite de plus en plus de craintes de la communauté blanche (notamment dans le Sud des Etats-Unis), Max décide de profiter de la situation et de se faire un maximum d’argent, tout en courtisant la femme qui l’a rejeté parce qu’il était Noir.

Paru en 1931 aux Etats-Unis, ce livre est une satire brûlante contre les préjugés raciaux des Etats-unis, les bigots de tout bord et un système économique basé sur le malheur des autres. Une belle réflexion sur cette dichotomie entre deux races que tout est censé séparer. Une histoire poussée jusqu’à frôler le ridicule, terminant sur une pirouette finale des plus drôles ! A découvrir absolument !

Extrait

Ce livre est dédié à tous les Caucasiens de la grande République qui peuvent faire remonter leurs origines jusqu’à la dixième génération et affirmer sans ciller que leur arbre généalogique n’a pas la moindre branche, brindille ou feuille noires.

Détails :

Auteur : Georges S. Schuyler
Éditeur : Wombat
Date de parution : 14/04/2016

Cette chronique a déjà été lue 3408 fois.

%d blogueurs aiment cette page :