Dernier requiem pour les Innocents – Andrew MillerL’écriture est agréable, vive et entraînante. Et rapidement on est embarqué avec Jean-Baptiste dans cette aventure folle. Un très bon souvenir pour une lecture achevée fin d’année dernière !

La quatrième de couv :

En 1785, Jean-Baptiste Baratte, jeune ingénieur normand tout juste diplômé, est chargé par le ministre du roi de vider le cimetière des Saints-Innocents avant de le détruire. Situé en plein cœur de Paris, c’est le plus ancien de la ville ; depuis plusieurs années déjà, il déborde et l’odeur nauséabonde qui s’en dégage menace la santé des riverains.

Jean-Baptiste envisage d’abord sa mission comme une chance d’en finir avec un passé tumultueux, une tâche à la hauteur de sa modernité d’homme épris de la philosophie des Lumières. Il ne tarde pourtant pas à se demander si cette démolition n’est pas le prélude à sa propre destruction.

Andrew Miller plonge le lecteur dans le Paris de la fin du XVIIIe siècle, celui des petites gens et des commerçants qui vivent autour du cimetière, et restitue brillamment le bouillonnement intellectuel dont la France est le théâtre à la veille de la Révolution.

Mon avis :

Des romans historiques on en voit peu sur ce blog. Et pour cause, ce n’est pas mon genre de prédilection ! Mais ici – l’auteur lui-même le précise – c’est « une œuvre d’imagination, une œuvre qui articule le réel et l’invention».

Fraîchement diplômé de l’Ecole royale des Ponts et Chaussés, Jean-Baptiste Baratte se voyait déjà construire de magnifiques ponts dont il pourrait être fier ! Malheureusement pour lui, le ministre qui le convoque a une tout autre tâche à lui confier: la destruction des Innocents, le cimetière qui existait en 1785 à Paris (à ne pas confondre avec le groupe Les Innocents… Hum… Pardon). Car ce qui n’était au début qu’un petit cimetière de quartier est devenu avec les années, et les épidémies successives, l’un des cimetières les plus peuplés. Avec les conséquences prévisibles: odeurs nauséabondes, superstition des riverains, éboulement de terrain, etc. Il n’y a donc qu’une solution: fermer le cimetière et déplacer tous les corps qui s’y trouvent !

S’ensuit des aventures rocambolesques pour mener à bien cette mission qui doit rester plus ou moins secrète. C’est qu’il en faut de l’ingéniosité pour déplacer autant de corps, en plein coeur de Paris. Surtout quand tous ne voient pas cette entreprise d’un très bon oeil. Et que l’alcool a parfois tendance à couler plus que de raison. Ou que les filles vous incitent à prendre un peu de bon temps… Sans compter tous les personnages haut en couleur que l’ingénieur va rencontrer!

L’écriture est agréable, vive et entraînante. Et rapidement on est embarqué avec Jean-Baptiste dans cette aventure folle. Un très bon souvenir pour une lecture achevée fin d’année dernière !

Détails :

Auteur : Andrew Miller
Éditeur : Piranha
Date de parution : 04/09/2014

Cette chronique a déjà été lue 2131 fois.

%d blogueurs aiment cette page :