Dôme 1 chroniqué sous forme de « minute par minute » comme Pensées de ronde ou de live tweet différé (je viens d’inventer le concept), ça donne une chronique page par page… ou presque. 630 pages en page par page, faut quand même pas déconner !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’ai lu tous les livres de Stephen King, ou presque. Quand j’étais ado, Christine m’avait empêchée de m’approcher trop près d’une voiture la nuit, des fois qu’elle décide de m’écraser… Et puis il y a eu Cujo et son chien fou, Charlie qui met le feu à tout le monde, Misery avec la fan folle, ou le merveilleux La ligne verte, Ça, Minuit 2… Et plein d’autres encore. Mais au bout d’un moment, Stephen King a un peu changé (et moi aussi), et ses livres me plaisaient de moins en moins. Et j’ai fini par ne plus attendre fébrilement chaque sortie de nouveau roman. Et puis Dôme est arrivé. Et j’ai lu çà et là que M. King était de retour. Alors… alors j’ai craqué !

La quatrième de couv :

Le dôme : personne n’y entre, personne n’en sort.

Mon avis :

P.0: Ouverture fébrile du livre. J’ai peut-être là le livre qui signe le grand retour de Stephen King. Installation confortable dans le train. C’est parti !
P.10: Ah donc on commence par une carte et une liste de personnages et leur rôle… Risque donc d’y avoir du monde là-dedans. En même temps, il y a 600 pages. Ça va pas tenir avec trois personnages… Bien, bien, on verra ça plus tard.
P.15: L’avion et la marmotte, c’est le titre de la première partie. Rapport entre l’avion et la marmotte ? Aucune idée, moi la marmotte, ça me fait juste penser à « et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu ». Bref, rien à voir avec le schmilblick.
P.20: Ah ben tiens, plus de marmotte, plus d’avion. Le dôme vient de tomber… Dommage ! C’est pas cette marmotte là qui va aider ses copines à mettre le chocolat dans le papier alu !
P.40: Voilà le premier méchant, Junior. Fils d’un notable de la ville, atteint de migraine chronique, il se croit tout permis et pense être le prince des lieux. Et crois, bien sûr, que toutes les filles craquent sur lui. Et gare à celles qui se refuseraient !
P.105: Mais c’est que tout ça se met très, très bien en place. On découvre la ville de Chester’s Mill, ses habitants, les querelles internes, le journal de la ville, sa municipalité corrompue, son service de police hautement performant… Ses morts aussi. Hé bien oui, un dôme qui tombe comme ça, sans prévenir, ça ne finit pas toujours très bien…
P.150: Tiens, tiens, tiens. Voilà que l’armée de terre des États-Unis s’intéresse à l’affaire. D’ailleurs ils viennent de décider d’isoler la petite ville du reste du monde en coupant toutes les lignes téléphoniques. La tension monte, les pages se tournent très vite et une petite phrase commence à tourner dans ma tête: Stephen King is back! (Oui, parfois, dans ma tête, je me parle à moi-même, et en anglais en plus).
P.152: Ben tiens, voilà qu’on a Ken et Barbie dans un livre de Stephen King.
P.152 et demi: Ah ok, private joke entre le colonel de l’armée de terre et le capitaine Barbie, cuistot de son état à Chester’s Mill…
P.170: L’organisation commence à se mettre en place dans la petite ville. Les forces de police se renforcent en embauchant des jeunes volontaires. Dont Junior et ses copains. De ceux qu’on n’a pas envie de croiser le soir dans une rue déserte. Alors, investi de leur nouveau pouvoir en tant que policier, ça va faire des étincelles tout ça.
P.200: Donc, Barbie est désigné par l’armée de terre comme responsable des opérations pour trouver, de l’intérieur, ce qui a pu causer un tel phénomène. Étant donné qu’il a eu des problèmes avec Junior, fils du 2e notable de la ville, la mission ne va pas être simple à remplir!
P.220: Alcool interdit jusqu’à nouvel ordre, la Constitution américaine n’a plus cours à Chester’s Mill, les arrestations abusives se succèdent… On ne s’endort pas avec ce roman. C’est fluide, les éléments se mettent en place doucement, mais surement.
P.300: Voilà que la Maison Blanche s’en mêle ! Il y a aussi des histoires de citrouilles, de Grande Citrouille même…
P.310: Tir de missile en vue! Il semblerait que les scientifiques de la Maison Blanche pensent que ça serait une bonne idée de balancer un missile sur un truc inconnu comme le dôme.
P.395: Finalement, ce n’était pas une si bonne idée que ça le missile…
P.400: Bon, c’est pas tout ça, mais jusqu’à maintenant, il ne s’est pas passé grand-chose non plus. Corruption, blanchiment d’argent à grande échelle, violence, meurtres… ok, ok, mais le dôme, IL VIENT D’OÙ???
P.500: Restriction dans les magasins de nourriture… Plus qu’une centaine de pages avant la fin. Va-t-on enfin avoir des indices sur ce dôme? Je commence à me demander si vraiment Stephen King est de retour (la déception me fait revenir au français quand je me parle dans ma tête).
P.578: La tension remonte d’un cran. Non, je ne vais pas spoiler, mais là, il y a un truc qui se passe les amis…
P. 600: Voilà que le 2e notable de la ville jette Barbie en prison pour meurtre… Ça va être moins facile pour lui de trouver l’origine de ce dôme.
P.617: Non, mais attendez, c’est quoi cette histoire d’animaux qui se suicident…
P.618: Oh Stephen King, tu me fais le coup d’avoir au moins 250 pages en trop dans ton livre et ce n’est que maintenant que tu me parles de ce taux de radiation hyper élevé?
P.628: Le 2e notable de la ville décide que tant que le dôme sera en place, c’est lui qui décidera de ce qui est légal ou pas dans sa ville. Barbie est bien mal barré…
P.629: Mais c’est quoi cette histoire de citrouilles à la fin?
P.629 et demi: Mais c’est quoi ces éclairs violacé tout à coup ?
P.629 à la fin: Fin du premier tome? Comment ça fin du premier tome? T’as pas le droit de me faire ça maintenant M. Stephen King! Ça fait 100 pages que tu ne m’as rien donné de croustillant et là tu me balances plein d’info. Oh, je veux connaître la suite moi. Tu m’entends? JE VEUX LA SUITE!
P.630: Page blanche. Ok, ce n’était donc pas une blague, c’était bien la fin du premier tome.
P.631: Page blanche. JE VEUX LE TOME 2. C’est bon, t’as gagné M. Stephen King. C’est pas encore ton grand retour triomphal, mais t’as bien réussi ton coup. Je file acheter le tome 2!

Détails :

Auteur : Stephen King
Traducteur : William Olivier Desmond
Editeur : Albin Michel
Date de parution : 03/2011
630 pages

William Olivier Desmond

Cette chronique a déjà été lue 11850 fois.

%d blogueurs aiment cette page :