House Made Of DawnRenaud Ehrengardt m’a contactée pour me proposer de découvrir leurs titres. Après avoir jeté un coup d’œil au catalogue, j’ai opté pour 10 jours, 10 heures, 10 minutes de Colin Manierka. Et au vue des titres proposés, je me suis dit que cette maison d’édition pourrait intéresser certains d’entre vous (Natalia, je pense à toi par exemple!).

Le plus simple était donc de leur demander de se présenter. Et bientôt donc, la chronique de 10 jours, 10 heures, 10 minutes.

Pouvez-vous présenter votre maison d’édition ?

Nous sommes une maison d’édition 100% numérique qui se consacre à éditer des livres de qualité dans le domaine de l’imaginaire. Nous sommes cinq dans l’équipe, Renaud Ehrengardt, directeur général, Damien Buty, web designer qui est aussi dans le comité de lecture, deux graphistes-illustrateurs, Guillaume Schneider et Cyril Graire qui participent à l’occasion aux comités de lecture et une assistante légale, Anastasia Garnier, qui fait partie intégrante du comité de lecture.

Nous avons pour l’instant publié quatre livres dont un anglais et nous sommes en train d’en éditer trois autres qui devraient être publiés en septembre.

Pourquoi avoir choisi, entre autres, le support en numérique et qu’est-ce que cela vous apporte ou vous permet d’apporter aux lecteurs ?

Premièrement, le coté pratique et économique. Nous vendons nos livres entre 3 et 5 euros grosso modo. Impossible avec le papier. Les gens sont prêts à acheter nos livres à ces prix-là. A 15 euros en librairie, c’est moins sûr. Nous en vendrions moins, c’est certain. Et notre intérêt est moins dans le chiffre d’affaires que dans le nombre d’ouvrages vendus et lus.

Ensuite, tout de même, par esthétique. J’étais plutôt opposé aux liseuses avant qu’on ne m’en offre une. J’ai rapidement changé d’avis. Et si le support n’est pas encore utilisé au maximum de ses possibilités, il y a des choses intéressantes à faire avec le numérique. A terme, l’idée est d’incorporer de la musique, des vidéos ou je ne sais quoi encore aux textes pourvu que cela serve le récit et l’immersion du lecteur. Nous sommes impatients de voir les évolutions qui vont s’opérer dans le numérique. Le papier reste quand même moins excitant à ce niveau-là.

Pour les lecteurs le message est le suivant : En ce moment, vous en avez marre d’acheter les livres recommandés par Télérama ? Vous voulez tenter des auteurs inconnus ? Achetez nos livres, ils ne sont pas chers, le risque n’est pas grand et en plus, on vous garantit qu’ils sont bons car, contrairement à ce que certains disent à propos des maisons d’édition numériques, nous faisons notre travail d’éditeur !

Est-ce que le fait de publier en numérique change quelque chose dans votre façon de choisir les prochains auteurs à publier ?

Cela ne change rien pour nous. Nous recherchons de bonnes histoires bien racontées. Numériques ou pas, peu importe au final. Ce qui change, ce sont les auteurs qui se tournent vers nous. Les auteurs déjà publiés en papier ne s’intéressent que peu au 100% numérique, pas assez porteur. On peut les comprendre. Du coup, nous recevons principalement des tapuscrits d’auteurs peu ou pas connus et qui voient le numérique comme une alternative aux maisons d’édition papier qui sont frileuses pour signer quoi que ce soit. Je suis musicien et je fais le parallèle évident entre maisons de disques d’un côté qui sortent des CD avec boîtier cristal et les petits labels qui sortent des éditions numériques d’albums via le net. Les deux n’ont, évidemment, pas les mêmes artistes signés.

Je trouve cela très excitant de travailler avec de jeunes auteurs. Il y a beaucoup d’enthousiasme et de fierté derrière nos publications.
De plus, et c’est extrêmement important de le préciser, nous laissons les droits papier sur leurs livres aux auteurs. Cela ne bloque pas la recherche d’un éditeur papier peut-être plus gros et plus important. Les auteurs apprécient.

Vous semblez avoir une ligne éditorial très large: SF, anticipation, jeunesse, livres de cuisine… N’est-ce pas risqué de s’attaquer à autant de genres? N’avez-vous pas peur de « perdre » vos potentiels lecteurs?

Eh bien, en effet, c’est un parti pris risqué. Il est plus facile d’être estampillé « polar » que de jouer sur tous les tableaux. Néanmoins, nous cherchons à toucher un type de lecteur particulier. Qui s’intéresse au numérique, qui aime fouiller sur internet pour trouver des ebooks intéressants et qui aime tomber sur des surprises. Ne proposer que de la S-F par exemple nous limite grandement et en plus, ça ne nous amuse pas, suicide commercial ou pas !

Je crois qu’il est intéressant de ne pas s’imposer trop de limites. Nous cherchons plus à fidéliser des lecteurs à House Made Of Dawn et à sa ligne éditoriale (des histoires originales, des auteurs avec un style réellement à part…) qu’à toucher tous les lecteurs d’un genre précis.

Nous sommes dans « l’imaginaire », ce qui donne un cadre mais évite les frontières trop arrêtées. Quant aux livres de cuisine, c’était évidemment une boutade. Quoique… pourquoi pas ? Il doit bien y avoir une révolution à faire dans le genre !

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Nous sommes en train d’éditer un jeune auteur très prometteur au style et à la verve incroyable, Vincent Venckman. Nous allons sortir la première œuvre qu’il a écrite Les contes du 5e étage en septembre. C’est une sorte de mélange entre Salinger, Céline et Boris Vian mais version 21e siècle. Nous sommes très enthousiastes à son propos. Ce n’est pas du fantastique à proprement parler mais son univers est onirique et poétique.

Nous sommes aussi en train de compiler 13 histoires d’horreur pour sortir une anthologie début septembre. Nous avons la moitié des textes et notre illustrateur, Cyril Graire, va nous faire un boulot remarquable pour la couverture et illustrer chacune de ces nouvelles. Une version traduite en anglais de cette anthologie est en train d’être envisagée.

Un texte en particulier à nous recommander pour découvrir votre maison d’édition ?

Je vous conseille 10 jours, 10 heures, 10 minutes de Colin Manierka. C’est un livre réellement atypique. On aime ou on ne comprend pas mais c’est un livre intéressant qui dépeint un homme enfermé dans un bunker sous terre. Les raisons de sa présence ici sont floues et il commence à se produire des choses réellement bizarres…

Sortez-moi une recette de cuisine aussi tordue et prenante et je vous signe tout de suite, S-F ou pas !

 

Url: http://housemadeofdawn.com
Twitter: @HouseMadeOfDawn
Facebook: https://www.facebook.com/pages/House-Made-Of-Dawn-Editions/486178411430673?ref=hl

 

Merci à Renaud Ehrengardt d’avoir répondu à mes questions et pour l’histoire que je suis en train de découvrir !

Cette chronique a déjà été lue 7441 fois.

%d blogueurs aiment cette page :