Édition numérique – La matière noireBon, ce n’est pas la première maison d’édition 100% numérique que vous voyez ici. Alors vous commencez à connaître la musique !

Voici quelques questions pour tenter de découvrir un peu plus les éditions La matière noire, pour qui la poésie est inhérente à la vie !

Pouvez-vous présenter votre maison d’édition ?

Notre ligne éditoriale est simple : des œuvres, peu importe la forme qu’elles prennent, d’où se dégage une certaine poésie. Nous avons à ce jour quatre collections : poésie contemporaine, poésie classique, textes noirs, rocks et expérimentaux, récits fantastiques et de science-fiction. Nous développerons d’autres collections très prochainement. Nous avons, pour l’instant, onze titres à notre catalogue mais il va s’enrichir rapidement dans les semaines qui viennent. L’équipe est resserrée autour d’un éditeur et différents intervenants mettent la main à la pâte : une correctrice, un graphiste et bientôt un développeur. C’est une structure récente, mais l’activité se développe rapidement et il va vraisemblablement falloir revoir la composition de l’équipe et accueillir de nouvelles têtes. C’est à l’étude.

Pourquoi avoir choisi, entre autres, le support en numérique et qu’est-ce que cela vous apporte ou vous permet d’apporter aux lecteurs ?

Nous avons choisi le support numérique pour la souplesse et le « relativement » faible coût de production. Cela nous permet une grande liberté de ton et nous permet de défendre des œuvres, des auteurs et des genres qui ne trouveraient pas forcément une place dans l’édition traditionnelle. Cela offre aux lecteurs un choix qu’ils n’auraient pas forcément ailleurs. Les retours en ce sens sont très positifs.

Est-ce que le fait de publier en numérique change quelque chose dans votre façon de choisir les prochains auteurs à publier ?

Complètement. Encore une fois, les faibles coûts de production permettent de prendre des risques et de ne pas refuser une œuvre pour des raisons strictement financières. Nous n’avons pas de problème de stock à écouler. Une œuvre peut rester indéfiniment sur les étagères des librairies numériques. Elle a la chance et le temps de trouver son public, même si celui-ci semble a priori restreint. Nous avons donc une liberté de choix presque totale.

A voir la liste de vos auteurs et leur présentation, votre ligne éditoriale semble assez éclectique, même si le mot poésie revient souvent. Qu’est-ce que la poésie pour vous?

La poésie est pour nous inhérente à la vie. Elle est là, présente tout autour de nous, il suffit d’ouvrir les yeux pour la découvrir. Le parallèle avec la matière noire, cette matière invisible et mystérieuse sans laquelle nos théories sur l’univers ne tiennent pas debout, est aisé. Il en va de même de la poésie. On la trouve partout. Elle prend des formes variées et n’est pas enfermée dans un genre en particulier. Toute œuvre, à sa manière, en est empreinte. Nos choix peuvent paraître éclectiques au premier abord mais ils ont tous cette qualité qui nous semble essentielle.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Nous en avons de nombreux. Très prochainement, nous avons un jeune auteur, Mike Kasprzak, à vous faire découvrir avec un recueil de nouvelles incisives. Ensuite, des auteurs plus « capés » comme Louis Raoul et Guillaume Siaudeau avec chacun un recueil de poèmes. Après cela, nous marquerons une petite pause au mois d’août pour préparer la rentrée. Elle sera riche en découvertes, je ne vous en dis pas plus, mais nous avons d’ores et déjà un planning chargé. Je vous invite à nous suivre pour être sûrs de ne rien rater !

Un texte en particulier à nous recommander pour découvrir votre maison d’édition ?

Non, deux ! Je vous invite à découvrir Seconde chance de Andy Vérol. Andy a une réputation un peu sulfureuse mais je peux vous assurer que sa nouvelle, une fiction moderne très représentative de ce 21e siècle naissant et des vies connectées que nous vivons, ne vous laissera pas indifférents. Je vous invite également, à découvrir Échappée nocturne au pays des songes de Gregory Puech. Gregory est un jeune auteur. Il s’agit là de son premier roman. Il nous emmène dans un monde imaginaire, une aventure dans un univers fantastique si loin et pourtant si proche de nous. Une belle histoire rondement menée ou se mêlent ombres et lumière.

Url: http://lamatierenoire.net
Twitter: http://twitter.com/lamatierenoire
Facebook: http://www.facebook.com/lamatierenoire
Google+: http://plus.google.com/u/0/106581814498121641573/about/p/pub

 

Merci à Victorien Duval pour ses réponses. Avant même d’avoir vu ces réponses, j’avais acheté Seconde chance de Andy Vérol à cause justement de sa réputation un peu sulfureuse. A suivre donc !

Pour un avis sur Échappée nocturne au pays des songes de Gregory Puech, vous pouvez faire un tour du côté de chez Dzahell !

Cette chronique a déjà été lue 8346 fois.

%d blogueurs aiment cette page :