Oui, c’est la fin des vacances pour les enfants, c’est vrai. Mais ce soir, avant d’aller au lit, ils auront quand même envie d’une histoire non ? Ou alors vous en avez marre de les voir devant l’ordinateur ou la tablette ? Avec La souris qui raconte, ils auront enfin une bonne raison d’être devant l’écran !

Pouvez-vous présenter votre maison d’édition ?

La souris qui raconte est née de l’union hasardeuse d’un grain de sable avec un grain de folie le 1er juin 2010. Le grain de sable, une rupture de ban avec mon employeur de ma vie d’avant ; le grain de folie, il faut être un peu fou pour se lancer dans le 100% numérique !

L’écriture d’un livre, Polo le clodo, a été le catalyseur d’une envie de création plus profonde. Il est un bel exemple de la ligne éditoriale de La souris qui raconte, citoyenne et solidaire, qui ne prend pas les enfants pour des personnes dépourvues d’analyse et de sens critique, n’hésitant pas à parler avec des mots de grandes personnes. En créant ces livres-jeu à lire sur écrans, j’ai voulu proposer aux parents des « digital native » une alternative culturelle aux jeux.

Aujourd’hui 22 titres répartis dans 4 collections sont disponibles au catalogue : histoires à lire, histoires à jouer, histoires à inventer et histoires d’écoles. Ce qui différencie les 4 collections est le degré d’interactivité dans les histoires.
Les histoires à lire sont animées et peu interactives ; à jouer, l’enfant découvre, aux clics de souris, des informations supplémentaires dans les images, lesquelles enrichissent le récit ; à inventer, le texte n’est plus linéaire et propose un cheminement de lecture personnel.
La collection école donne la parole aux élèves d’une classe dans le cadre d’un travail encadré par les enseignants. Toutes les histoires sont lues par un conteur et sonorisées (musiques/bruitages). Chacune d’elle présente un extrait en consultation libre. L’enfant et le parent découvrent ainsi le début de l’histoire et  son univers graphique. Une fois acheté par le parent, le livre numérique est acquis et peut être lu à l’envi dans la bibliothèque virtuelle de l’enfant. Il s’agit donc de lecture en streaming, connectée au site. A chaque livre acheté (sauf pour la collection à inventer) le fichier audio MP3 est offert à l’enfant. Ce fichier est, lui, téléchargeable.
Les livres numériques à découvrir sur lasourisquiraconte.com sont tous inédits, écrits, illustrés, animés et contés par des professionnels dans leur secteur. Déjà 13 auteurs, 21 illustrateurs-animateurs et 4 conteurs ont relevé le défit du 100% numérique. Chaque illustrateur offre à l’enfant quelques unes de ses illustrations « au trait » que l’enfant peut s’approprier et colorier, ou encore réinterpréter en faisant des associations avec les différents dessins.
A la tête de cette maison, un couple à la ville, qui travaille main dans la main. Michel est ingénieur du son, et on lui doit toute la partie audio des histoires, quant à moi, je m’occupe de toute la partie éditoriale et bien plus, en sachant que ce n’est pas assez !

Pourquoi avoir choisi de publier uniquement en numérique et qu’est-ce que cela vous apporte et vous permet d’apporter aux lecteurs ?

Lorsque j’ai imaginé ma maison d’édition, j’ai évidemment commencé par regarder celles qui existaient. Dans le secteur jeunesse, elles sont pléthore. Des grandes, des moins grandes, qui produisent pour beaucoup de l’excellente qualité. En devenant entrepreneuse (pas très joli comme mot), et c’est ce que je suis devenue, j’ai dû étudier mon marché et ma cible. Les enfants, lecteurs débutants, sont pour la plupart, accro à leur console de jeux. Et c’est en allant à leur rencontre sur des salons du livre mais aussi du jeux vidéo, que j’affinais l’idée d’une maison d’édition dont le support ne serait plus le livre, mais les écrans d’ordinateurs. Cette idée avait comme avantages de me distinguer des autres éditeurs jeunesse et de me positionner sur un marché tout nouveau (voire inexistant, je rappelle que l’iPad est sortie en mai 2010 en France) en étant précurseur sur ce marché. Ce qui s’avère également être deux inconvénients majeurs (le grain de folie).

Je ne viens pas de l’édition du livre, mais du prépresse, et j’ai toujours travaillé avec un ordinateur. Produire des livres numériques enrichis, différents des livres numériques homothétiques m’a paru avoir du sens au regard des usages des enfants (les écrans) et des regrets des parents (ces mêmes écrans). Combler un vide en proposant de vrais livres, avec de vrais textes, pour les enfants du web 2.0 déjà initiés aux réseaux sociaux, me semblait évident !

Maintenant, ce que cela apporte aux lecteurs, la réponse leur incombe plus qu’à moi. J’ai essayé d’apporter une solution en associant lecture et écran, mais je manque clairement de recul pour savoir si le lecteur y trouve son compte. Est-ce que les enfants sont prescripteurs de telles lectures ? Il est bluffant de voir comment des petits bouts de 5 ans savent immédiatement se repérer dans nos livres alors que certains parents se demandent pourquoi la commande passée sur le site tarde à lui être livrée !

Est-ce que le fait de publier en numérique change quelque chose dans votre façon de choisir les prochains auteurs à publier ?

Pour les collections à lire et à jouer, cela ne change rien. Pour la collection à inventer, le travail est plus compliqué. Je peux être amenée à faire appel à des scénaristes, encore que les 2 titres déjà publiés sur le site ont été écrits par des auteurs traditionnels. Dans tous les cas cette collection fonctionne par commande.

Vous parlez sur votre site d’un concept lecture-jeu pour les enfants de 7 à 10 ans. Est-ce que vous pensez aussi lancer un concept pour les enfants plus jeunes ?

Lorsque le site a été créé, il s’adressait en effet aux lecteurs de 7-10 ans. Et puis, à la demande de certains parents, nous avons élargi l’âge aux 5-10 ans. Il existe beaucoup de sites ludo-éducatifs pour les plus jeunes, il suffit de taper « jeux gratuits » dans Google pour vous faire une idée. A contrario, des sites qui proposent des livres inédits de la qualité de lasourisquiraconte.com, sont beaucoup plus rares. L’enfant est initié à la lecture dès 6 ans. C’est à ces enfants lecteurs que je m’adresse en particulier, ceux qui apprennent à lire, à qui on propose des jeux en masse, mais pas de lecture.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

J’ai des tonnes de projets, ma priorité étant de trouver les moyens de les réaliser.

Un texte en particulier à nous recommander pour découvrir votre maison d’édition ?

Aucun texte en particulier, et tous en général ! Chaque livre est unique par le graphisme et le message qu’il délivre à l’enfant lecteur. Pour se faire une idée, les extraits sont là.

Url : www.lasourisquiraconte.com
Twitter : @LSQR_FP

 

Merci à Françoise Prêtre pour ses réponses.

Cette chronique a déjà été lue 3735 fois.

%d blogueurs aiment cette page :