Éditeur de littérature grand public 100% numérique. Voilà comment se définit Numeriklivres sur son site Internet. Découverte aujourd’hui d’une maison d’édition dont quelques titres ont déjà été chroniqués ici même. Avec en plus une annonce qui ravira les amateurs de Fantasy.

Pouvez-vous présenter votre maison d’édition ?

Numeriklivres est une maison d’édition qui publie exclusivement ses auteurs en numérique. Notre ligne éditoriale est très grand public avec différentes collections ouvertes sur la littérature de genre (polar, roman noir, SF, romance, érotisme) et une collection plus littéraire – la collection e-LIRE – qui nous permet de mettre en lumière le travail extraordinaire d’auteurs d’exception mais peu connus, voire pas connus du tout. À ce jour, nous avons un catalogue de près de 200 titres 100% numériques.

Pourquoi avoir choisi de publier uniquement en numérique et qu’est-ce que cela vous apporte et vous permet d’apporter aux lecteurs ?

Quoi qu’on puisse entendre et quoi qu’on puisse lire ici et là, la lecture numérique est en train de prendre sa place, doucement et sûrement, nous sommes mieux placés plus que quiconque pour le savoir. Pas besoin de lire des études fantaisistes pour s’en rendre compte.  J’ai travaillé 20 ans pour et avec la chaîne du livre «traditionnel». Aussi, l’option de tout publier en numérique est un choix réfléchi et assumé. D’ailleurs, tous les mois, les chiffres nous donnent raison. D’autre part, je souhaite inscrire Numeriklivres dans la durée et offrir aux lecteurs numériques de demain un catalogue littéraire formaté pour l’écosystème de la lecture numérique qui n’a rien avoir en terme de prix et de médiation avec la chaîne du livre.

Est-ce que le fait de publier en numérique change quelque chose dans votre façon de choisir les prochains auteurs à publier ?

Cela ne change strictement rien. Nous recevons des manuscrits, nous les sélectionnons en fonction de notre ligne éditoriale et de nos critères de qualité. Nous les révisons, les corrigeons comme le ferait n’importe quel autre éditeur «traditionnel». Ce qui change, c’est au niveau de la production, de la diffusion et de la promotion. D’ailleurs, aujourd’hui, un éditeur qui ne prend pas en charge lui-même la médiation de son titre est un éditeur qui est condamné. Les lecteurs se trouvent plus souvent derrière un écran d’ordinateur et sur les réseaux sociaux que chez les libraires. La médiation change de main. Et il faut sérieusement en tenir compte si l’on veut exister.

Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Le principal projet, c’est de développer notre catalogue, de l’étoffer, de le bonifier, de faire vivre nos collections et nos séries. Nous avons une nouvelle grande série en 7 épisodes en préparation et qui sera lancée fin septembre et ravira les amateurs de Fantasy, entre autres. Je peux tout de même vous annoncer que nous allons lancer une collection exclusivement consacrée au théâtre contemporain sur la direction de Astrid Monet.

Un texte en particulier à nous recommander pour découvrir votre maison d’édition ?

J’ai toujours un peu de difficulté à répondre franchement à ce type de question. Nous aimons tous les textes que nous publions sans aucune exception. Ils ont tous quelque chose de particulier, d’unique, d’exceptionnel. Peut-être le mieux, c’est de vous plonger dans la lecture de notre compilation Numeriklivres 2011, elle est gratuite et permet au lecteur d’avoir un bon aperçu de notre production : http://bit.ly/LKOV0H

Url: www.numeriklivres.com
Twitter: @Numeriklivres

Merci à Jean-François Gayrard pour ses réponses. Pour retrouver les livres de Numeriklivres que j’ai déjà lus, suivez le tag Numeriklivres.

Cette chronique a déjà été lue 2679 fois.

%d blogueurs aiment cette page :