En attendant Bojangles - Olivier BourdeautC’est beau, frais, bien rythmé et plein de poésie. N’attendez pas pour vous jeter sur ce premier roman. Vous en ressortirez avec le sourire aux lèvres!

La quatrième de couv :

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Mon avis :

Prenez un père dont le travail est d’ouvrir les garages et d’écrire des livres. Une mère totalement fantasque qui transforme le moindre événement en fête grandiose. Un oiseau prénommé Mademoiselle Superfétatoire car «elle ne servait à rien, sauf à crier très fort sans raison». Ajoutez-y L’Ordure, le meilleur ami du père, diplomate de son état, et dont le cri de ralliement préféré est «Caïpirowska»! Terminez par une bande-son qui «était vraiment folle, elle était triste et gaie en même temps, et elle mettait ma mère dans le même état». Vous aurez presque tous les ingrédients d’une famille hors du temps et du monde.

C’est dans cette famille qu’a grandi le narrateur. Au milieu de ce joyeux brouhaha, il joue aux dames avec des coussins à même le sol. La punition extrême pour lui est qu’on le force à regarder la télé et il rate presque toutes les matinées d’école à force de participer aux fêtes données par ses parents. Sa mère «ne (le) traitait ni en adulte, ni en enfant mais plutôt comme un personnage de roman. Un roman qu’elle aimait beaucoup et tendrement et dans lequel elle se plongeait à tout instant.» Malheureusement, la frontière entre le caractère fantasque de la mère et la folie n’est pas bien grande. Après des années de fêtes et de bonheur, la famille va devoir gérer cette nouvelle donne pour que surtout rien ne change… Ou presque.

Dans ce roman, on part en balade dans un univers totalement fou, doux et réjouissant ! On se retrouve dans un cocon de bienveillance et de bonheur. Même la folie de la mère n’arrêtera pas tout à fait cette grande fête qu’est leur vie. C’est beau, frais, bien rythmé et plein de poésie. N’attendez pas pour vous jeter sur ce premier roman. Vous en ressortirez avec le sourire aux lèvres!

Pour finir, je vous laisse sur la mélodie de ce livre: belle et mélancolique…

Extrait

En attendant Bojangles - OLIVIER BOURDEAUT

Lire les premières pages en ligne.

Détails :

Auteur : Olivier Bourdeaut
Éditeur : Finitude
Date de parution : 01/2016

Cette chronique a déjà été lue 2398 fois.

%d blogueurs aiment cette page :