Je prenais ce jour-là le train pour aller voir une amie qui habite entre Metz et Nancy. Andrée, c’est la première que je suis allée aborder. Pas forcément facile d’aborder les gens et de les déranger alors qu’ils ont l’air plongé dans leur livre. Je lui explique un peu le but de mon blog, pourquoi je viens la déranger et elle accepte, avec un peu de réticence au début et puis finalement elle me raconte.

Tu lis quoi Andrée ?

Andrée dans ce train, elle lit Le droit de l’enfant au respect, de Janusz Korczak. Déjà pour commencer, je tombe sur une personne avec une lecture très, très sérieuse.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre Andrée ?

En fait Andrée a déjà lu un livre de cet auteur. Elle a donc acheté celui-ci quelques jours avant notre rencontre. Elle fait partie de l’association CEMEA (Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active) où elle donnait des cours pour le BAFA. Elle a aussi été institutrice et s’intéresse donc à tout ce qui a trait aux enfants. Et en plus de cela, elle est bibliothécaire bénévole dans une petite bibliothèque. Occupée Andrée ?

Ton livre précédent ?

Trois femmes puissantes de Marie NDiaye.

Corne ou marque-ta-page ?

Elle ne connait pas le marque-ta-page et je lui explique donc le sketch de Dany Boon (oui, depuis pour moi un marque-page c’est un marque-ta-page). Et nous tombons d’accord pour dire que c’est forcément un marque-ta-page et surtout pas de cornes. J’en profite donc pour lui offrir un marque-ta-marque Tulisquoi.

Comment tu choisis tes livres Andrée ?

En fait Andrée choisit ses livres un peu comme moi (sauf qu’elle ne consulte pas les blogs de lecture et ça, ça fait du bien au porte-monnaie…). C’est les revues et bien sûr notre librairie préférée à Metz, La cour des grands.

On continue à discuter un peu, mais je la laisse quand même vite retourner à sa lecture et moi à la mienne. Encore un grand merci Andrée pour cette première de Et toi, tu lis quoi ? et peut-être à bientôt à La cour des grands !

Dans les questions-réponses ci-dessous, je dis « tu », mais comme je suis quelqu’un de très polie, je dis « vous » quand même aux personnes que je ne connais pas. Le texte est reproduit selon les notes que je prenais en même temps et selon mes souvenirs. Je m’excuse d’avance si j’ai omis des détails ou si je ne respecte pas tout à fait ce que vous vouliez dire. Vous pouvez, bien sûr, réagir dans les commentaires pour continuer la discussion !

Cette chronique a déjà été lue 1047 fois.

%d blogueurs aiment cette page :