Après une réunion de travail au Luxembourg (le pays, pas le jardin de Paris), me voici dans le train du retour, direction Metz. Une femme assise juste devant moi tient un livre à la main… Et si j’allais lui poser quelques questions ?

Aurore préfère me prévenir tout de suite : je suis tombée sur la mauvaise personne pour la lecture. Elle lit très très peu et ne lit que des romans pour se détendre. Je lui assure donc que ça n’a aucune importance pour moi. Après tout, il vaut mieux lire des romans détente plutôt que de ne pas lire du tout ! On peut donc commencer avec les questions.

Tu lis quoi Aurore ?

Aurore termine en ce moment Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites de Marc Levy, qu’elle avait commencé à la plage.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre Aurore ?

Elle avait lu, du même auteur, Et si c’était vrai et l’avait bien aimé, alors elle s’est laissée tenter par un autre Levy.

Ton livre précédent ?

Juste avant c’était Seras-tu là ? de Guillaume Musso et aussi Ne le dis à personne de Harlan Coben. C’est là qu’elle me dit qu’en général, elle préfère nettement le cinéma à la lecture. D’ailleurs elle a beaucoup aimé le film Ne le dis à personne, tout comme moi. Mais là où j’ai une préférence pour Guillaume Canet, elle aura préféré, pour sa part, François Cluzet. Bon, en même temps, ils sont tous les deux sexy à leur manière… (quoi que le sourire de Guillaume Canet…)

Trois livres à emmener sur une ile déserte ou les trois livres préférés

Comme Aurore ne lit pas beaucoup, elle a un peu de mal à me donner ses trois livres préférés. Elle me parle donc de Et si c’était vrai, La soupe aux cailloux de Martine Provis qu’elle a lu il y a très, très longtemps, mais bute un peu pour le dernier livre. Je m’apprête à lui dire que ça n’est pas vraiment important pour le dernier quand elle me donne en dernier livre, celui qu’elle a toujours sur elle et qu’elle relit régulièrement : La Bible. Là, forcément, je m’étonne. Pour moi qui suit agnostique, limite athée, j’ai eu peur de la tournure que risquait de prendre cette conversation. Mais une fois que l’on commence à discuter croyance religieuse et manière de vivre sa foi, je suis impressionnée par la manière simple, humaine et ouverte qu’à Aurore de vivre cela, sans chercher à tout prix à convaincre du bien fondé de la religion, comme c’est souvent le cas.

Corne ou marque-ta-page ?

Corne. Elle lit si peu que finalement, elle n’a pas besoin de marque-ta-page.

Comment tu choisis tes livres Aurore ?

C’est souvent ses collègues qui lui conseillent des livres. Mais elle ne choisit que ceux qui ont l’air d’être des livres détentes.


Une petite photo, encore quelques mots sur son sac à main qui m’a fait craquer et je laisse Aurore à sa lecture. Un grand, grand merci à Aurore pour avoir partagé ce moment avec moi.
C’est aussi ce que j’aime dans ces rencontres : on ne partage pas toujours les mêmes types de lecture, on n’est pas forcément toujours d’accord, mais on tombe parfois, totalement par hasard, sur des gens qui nous emmènent dans une discussion très intéressante, loin des sentiers que l’on connait.


Dans les questions-réponses ci-dessous, je dis « tu », mais comme je suis quelqu’un de très polie, je dis « vous » quand même aux personnes que je ne connais pas. Le texte est reproduit selon les notes que je prenais en même temps et selon mes souvenirs. Je m’excuse d’avance si j’ai omis des détails ou si je ne respecte pas tout à fait ce que vous vouliez dire. Vous pouvez, bien sûr, réagir dans les commentaires pour continuer la discussion !

agnosticisme

Cette chronique a déjà été lue 17562 fois.

%d blogueurs aiment cette page :