Un samedi soir, premier barbecue de l’année chez des copains (parce que je ne fais pas non plus que lire dans la vie…). On mange, on boit un petit verre ou deux (mais avec modération, bien évidemment), on papote, jusqu’à ce que Malou commence à me parler lecture. Alors elle a eu droit elle aussi à Et toi, tu lis quoi ?

Tu lis quoi Malou ?

Malou avec un soupir me parle de son livre actuel, L’horizon de Patrick Modiano. Un grand soupir parce qu’elle n’accroche pas vraiment, mais comme il ne lui reste plus beaucoup de pages à lire, elle va aller au bout quand même.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre Malou ?

Malou s’est retrouvé à l’aéroport, sans aucun livre à porter de main. Elle a donc choisi dans les livres disponibles sur place et a opté pour celui-ci, un peu par défaut.

Ton livre précédent ?

Les déferlantes de Claudie Gallay qu’elle avait bien aimé si je me souviens bien (mais on était déjà au troisième verre, donc bon…)

Trois livres à emmener sur une ile déserte ou les trois livres préférés

Sans aucune hésitation elle commence par L’Insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera (que j’ai dans ma PAL depuis un moment, prêté par un ami, mais toujours pas lu), et enchaîne sur Le Monde selon Garp de John Irving. Pour le troisième, il y a plein de choix : Lestat le vampire de Anne Rice, Au Bonheur des Dames d’Émile Zola, Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir et même Les Thanatonautes de Bernard Werber. Malou a donc aussi des goûts éclectiques !

Corne ou marque-ta-page ?

Marque-ta-page également. Et je lui ai donné celui de Tulisquoi parce que le jour-là, elle n’avait que le billet d’embarquement pour marquer sa page. Moins classe quand même que les miens, il faut bien le dire.

Comment tu choisis tes livres Malou ?

Encore une fois au feeling, en fonction de la couverture, de la quatrième de couverture, de passages qu’elle lit et surtout beaucoup en fonction de son humeur. Encore un grand merci à Malou !

Dans les questions-réponses ci-dessous, je dis « tu », mais comme je suis quelqu’un de très polie, je dis « vous » quand même aux personnes que je ne connais pas. Le texte est reproduit selon les notes que je prenais en même temps et selon mes souvenirs. Je m’excuse d’avance si j’ai omis des détails ou si je ne respecte pas tout à fait ce que vous vouliez dire. Vous pouvez, bien sûr, réagir dans les commentaires pour continuer la discussion !

Cette chronique a déjà été lue 1173 fois.

%d blogueurs aiment cette page :