Sarah est une grande lectrice. Mais Sarah est aussi non-voyante. Elle nous parle aujourd’hui de ses lectures, du plaisir retrouvé grâce au numérique, mais aussi des problèmes qu’elle rencontre avec les DRM ou les outils non accessibles.

Tu lis quoi Sarah ?

Miséricorde de Jussi Adler-Olsen. Je viens de le commencer mais déjà, je trouve Hafez El Assad attachant. Sacré duo qu’ils ont l’air de former au Département V !

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’aime beaucoup les romans policiers / suspense et j’aime aussi découvrir de nouveaux auteurs. Il était dans la liste des livres que d’autres ont aussi acheté, j’ai donc voulu en savoir plus. C’est aussi l’occasion de lire un auteur danois, après l’Islande d’Arnaldur Indridason, que j’aime beaucoup, la Suède, la Norvège, autour du Danemark.

Ton livre précédent ?

L’hypnotiseur de Lars Kepler.

Trois livres à emmener sur une île déserte ou les trois livres préférés

C’est une question difficile ça. Comme dans l’iBooks, on peut en mettre beaucoup plus que 3, je tricherais ! Mais si je dois en choisir :

  • Le Petit Prince de Saint-Exupéry, c’est un livre qui m’a marquée quand je l’ai lu pour mon cour de français en 6e, un de mes premiers livre en braille.
  • Une Petite Princesse de Frances Hodgson Burnett, l’anime Princesse Sarah a marqué mon enfance. 🙂
  • Et pour le dernier, un roman policier avec de bonnes critiques qu’on me conseillera, comme ça, je découvrirais une histoire.

Corne ou marque-ta-page

Marque page automatique de l’iBooks mais souvent, je termine le chapitre en cours.

Plutôt lecture papier ou numérique

Numérique sans hésiter !

La lecture papier prend encore plus de place pour moi, un livre en braille, c’est énorme ! Et si j’achète un livre papier, je dois forcément le scanner pour pouvoir le lire, donc il devient numérique. 🙂 Il faudrait rajouter à la question, la lecture audio.

L’arrivée de l’ePub m’a permis de lire encore plus de livres qu’avant. Je lisais beaucoup en audio mais malheureusement dans ce format, tous les titres ne sont pas disponibles. De plus, je suis sensible à la voix et parfois, je ne peux pas écouter un livre juste à cause de la voix du lecteur. Mais à l’inverse, il y en a aussi que j’aime beaucoup. Lorsque j’ai commencé à lire un auteur en audio, si son lecteur change pour un autre titre, ça me gène. Par exemple, pour moi la voix des romans de Michael Connnelly c’est Eric Herson-Macarel.
Quant à la lecture en braille, je suis plus lente, c’est pour cela que je lui avait privilégié l’audio et aujourd’hui l’ePub.

Donc, les avantages de l’ePub sont :

  • Accès au livre en même temps que les personnes valides.
  • Plus besoin de le scanner avec les fautes de numérisation et de correction que cela engendre.
  • Emporter un tas de livres divers et variés avec moi sans souci de place ni de poids.
  • Pouvoir lire un extrait avant de l’acheter.
  • Pouvoir m’imaginer la propre voix des personnages, le ton qu’ils mettent dans leur dialogue contrairement au livre audio, où le lecteur l’interprète déjà. Il est plus facile d’imaginer les voix que l’on souhaite donner aux personnages avec une synthèse vocale qu’un vrai lecteur.
  • L’association de mon afficheur braille en bluetooth sur l’iPhone me permet d’avoir le livre en braille et de pouvoir facilement passer d’une lecture via la synthèse vocale à une lecture tactile à ma guise.

Quelque chose de plus à ajouter ?

Le fait de pouvoir naviguer dans les rayons virtuels des librairies, lire les 4e de couverture des livres me rappelle quand j’étais petite et que je faisais ça à la bibliothèque ou dans les magasins, choses que je n’ai pu plus faire quand j’ai perdu la vue.

Je regrette que les éditeurs choisissent de protéger leur eBooks avec des DRM qui nous empêchent de pouvoir les lire sur le support de notre choix.

Pour une personnes déficiente visuelle, actuellement, si elle souhaite lire dans ce format, il lui faut un iPhone / iPad. Aucune autres tablettes / liseuse n’est accessible. Quand au logiciel Adobe Digital, qui permet de les lire sur Mac / PC, il est complètement inaccessible. Il existe quelques alternatives mais les ePub doivent être sans DRM et là, le choix est malheureusement plutôt très limité. Ce qui devrait être une révolution pour l’accès à la lecture pour une partie de la population devient un frein.

Je regrette également leur coût qui reste encore élevé.

Twitter est définitivement une source inépuisable de rencontres intéressantes. Alors si vous voulez suivre Sarah, elle gazouille avec le pseudo @saliamira

Merci à elle pour ses réponses. Si seulement quelques maisons d’édition pouvaient prendre en compte ces problématiques d’accessibilité, elles y gagneraient en lecteurs…

Cette chronique a déjà été lue 4230 fois.

%d blogueurs aiment cette page :