Il fallait bien que ça arrive. Le premier livre de 2010 que je n’ai pas aimé. Je n’ai pas décollé avec In the Air. (Oui, elle était facile. Trop ?)

La quatrième de couv :

Depuis des années, Ryan Bingham ne touche plus terre : son boulot – il se charge d’organiser des licenciements – le conduit d’entreprise en entreprise, de chambre d’hôtel en chambre d’hôtel, d’aéroport en aéroport. Il ne supporte plus son métier, n’a plus de maison, plus d’épouse, plus d’attache familiale, et ne se sent chez lui que dans le cocon d’une cabine pressurisée, face au sourire d’une hôtesse de l’air ou à un plateau-repas mal réchauffé. Son but dans la vie : accumuler un million de miles sur une carte de fidélité d’une compagnie aérienne. Il y est presque, mais des turbulences pointent à l’horizon…

D’une plume décapante qui dénonce avec talent et humour l’inhumanité croissante du monde du travail, Walter Kirn décrit l’implacable descente aux enfers d’un homme qui a la tête dans les nuages.

Mon avis :

Les livres sur l’inhumanité croissante du monde du travail, moi ça me parle tout de suite. Donc logiquement, lorsque BoB et Michel Lafon ont proposé ce livre, je n’ai pas résisté !

Malheureusement, de critique du monde du travail, je n’en ai pas vu. Ou de si loin. Ou dis tellement bas que ça ne m’a pas sauté aux yeux. Oui, notre héros est perdu dans son monde à lui qu’il appelle Airworld. D’accord, ses voisins de siège d’avion sont ses meilleurs amis. Va pour son passe-temps favori qui est de gagner le plus de miles possible et de tout calculer en fonction de ça (ses rendez-vous, ses visites à sa famille, les choix d’hôtels…). Mais au final, ça le fait plus ressembler à un paumé, incapable de prendre sa vie en main, qu’à une victime du monde du travail.

Et la fin ! Que dire de cette fin qui semble tomber comme un cheveu sur la soupe, tellement elle est loin du sujet supposé du livre. Elle en est même tellement loin qu’au moment de la lire, j’ai pensé être passé à côté de quelque chose dans le livre, dans ma hâte de le finir. Mais je n’ai pas eu le courage de le recommencer au début…

Concernant le film In the Air, en voyant les bandes-annonces, j’ai eu l’impression qu’on ne parlait pas du même sujet. Et celui-ci m’a l’air beaucoup plus attirant (et je ne parle pas que de George Clooney dans ce cas ). Si je vais le voir, je vous tiens au courant.

Vous pourrez retrouver les autres avis des participants à ce partenariat sur le site de BoB.

Détails :

Auteur : Walter Kirn
Editeur : Michel Lafon
Date de parution : 14/01/2010
270 pages

Merci à Blog-O-Book et Michel Lafon pour ce partenariat.

Blog-O-Book

Cette chronique a déjà été lue 1781 fois.

%d blogueurs aiment cette page :