La fiancée des corbeaux - René FrégniC’est un livre de petits riens, mais il contient beaucoup de tendresse et d’amour.

La quatrième de couv :

«Je n’ai jamais vu autant de corbeaux qu’autour d’Isabelle. Dès l’aube ils noircissent les trois grands chênes qui dominent sa maison. Ils restent là des jours à observer ses gestes, ses pas, la douceur de sa vie. Je suis comme eux, je les comprends.»

René Frégni marche chaque jour sur des chemins où ses filles ont couru, grandi, avant de partir vivre leur vie. Seul désormais, il sillonne inlassablement une Provence brûlée par l’été et le gel. Dans un décor âpre et sauvage, il croise d’étranges silhouettes ; un vieil homme sans mémoire regarde comme des fantômes les arbres qu’il a plantés, un truand qui a passé vingt-sept ans dans l’ombre des prisons lui raconte les lambeaux solitaires et violents de sa vie, une femme d’une mystérieuse douceur traverse des champs de neige suivie, de loin en loin, par un nuage de corbeaux.
Comme une suite à Elle danse dans le noir, ce journal est un chant d’amour qui monte des vastes déserts de pierre et de lavande que l’on découvre dès que l’on quitte Banon, Manosque ou Moustiers-Sainte-Marie, un chant mélancolique et lumineux ; un voyage parfois cruel vers la tendresse et la beauté.

Mon avis :

«Chaque matin, avant de toucher un stylo, un balai, un plat, je prends une douche rapide et je descends boire un vrai café et tripoter un peu le journal.»

C’est un livre fait de petits riens: du café le matin aux balades en Provence, d’une fille qui manque à son père aux verres pris avec un ex-taulard qui participait à des ateliers d’écriture.

C’est un livre fait de petits riens. Où l’on se remémore le temps passé, les êtres aimés et disparus. Mais où on interroge aussi ce qu’on est devenu et le futur qui attend. Où une rencontre inattendue peut parfois bouleverser pas mal de certitudes.

C’est un livre de petits riens au premier abord, mais il contient beaucoup de tendresse et d’amour. L’auteur pose un regard doux sur les choses et encore bien plus sur les personnes qui l’entourent. On ressort de cette lecture apaisée avec dans la «main une vie de tendresse».

Extrait

Lire les premières pages en ligne.

Détails :

Auteur : René Frégni
Éditeur : Folio
Date de parution : 27/09/2012

Cette chronique a déjà été lue 1645 fois.

%d blogueurs aiment cette page :