La hyène - John HenrySex, drugs and rock ‘n’ roll au programme d’un roman agréable dans l’ensemble, mais avec quelques longueurs !

La quatrième de couv :

La hyène est le seul animal capable d’une telle violence envers sa propre espèce. Elle avait puisé dans sa laideur presqu’irréelle une frustration devenue une violence sans limite, surtout envers les gueules immondes de ses congénères. Elle n’avait pas pitié la hyène.
J’étais là, allongé, nu pratiquement, sous un ciel laiteux et une lumière blanche. Dans ce bunker plat et immense, au milieu de ces gens armés, il n’y avait rien à faire, qu’à boire du Old rip van winkle, à se faufiler entre les cuisses, à se trainer de table en table, dans les plus hauts buildings de la ville, à se perdre dans cette piscine vide. Et puis tout a changé, sans que je comprenne comment, sans que je comprenne pourquoi. Je suis parti. On m’a dit de fuir, je ne savais pas quoi. Et j’ai erré dans ces plaines désertiques, dans ces villes laides et brunes, dans ces forêts hautes, sans personne désormais. Jusqu’à devenir une hyène.

Mon avis :

Proposé par Bookly et l’auteur, c’est le résumé qui m’a convaincue.

Tout commence de la prison. Parce que c’est là que se trouve le héro, John. Dans les couloirs de la mort, il ne lui reste que quelques semaines pour expliquer pourquoi lui, jeune de bonne famille, riche et beau, a tué une quinzaine de personnes. Il ne nie pas ces meurtres. Mais il reste persuadé que personne « n’a regardé cette histoire dans le bon sens« . Alors lui tient à rétablir sa vérité. Avant d’accepter sa sentence…

Alternant le récit de sa vie juste avant que tout ne déraille et le récit de sa vie en prison, on rentre assez rapidement dans le rythme de ce roman. Jeunesse dorée, alcool qui coule à flot, filles faciles, amitié de jeunesse, on est dans le Sex, drugs and rock ‘n’ roll! Jusqu’au jour où tout s’arrête pour John. On le met à la porte de son cocon doré, plus de carte de crédit de papa… Il doit se prendre en charge et se trouver un boulot pour vivre… Tout aurait pu bien se passer… Jusqu’à la trahison…

Dans l’ensemble, j’ai apprécié cette lecture. Mais… oui, il y a quand même un mais, il y a quelques longueurs qui font que j’ai failli décrocher à un moment. Des accumulations de phrases qui en font trop… En affinant un peu cela, en ciselant le récit, je pense qu’il gagnerait en efficacité.

Extraits :

Des extraits sont disponibles sur le site Bookly.

Détails :

Auteur : John Henry
Editeur : Bookly
Date de parution : 26/10/2013
250 pages

Cette chronique a déjà été lue 2730 fois.

%d blogueurs aiment cette page :