La Solitude de l'ours polaire - Louis-Stéphane UlysseCa commence comme une provocation de la part d’un homme et ça se finit par une solitude désespérée. 

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Proposé par E-fractions pour découverte, après avoir beaucoup apprécié la chronique de Dzahell.

La quatrième de couv :

Je m’arrête de faire ce que j’ai à faire et je regarde le ciel. Il tourne au dessus des vies, il avance et roule sur lui-même, et je me dis que nos vies seraient plus simples si elles vivaient comme lui. Le ciel vit sur une route sans fin peuplée de tourments, de bouillons, d’apaisements, mais il se désole parce que rien ne vit dans son territoire, et rien ne vit en lui… Parfois un nuage noir passe sur nos silhouettes isolées comme un lent bombardier… Sous le ciel-couvercle, les individus se poussent à la perte, perdent, se perdent et vivent dans le deuil de ce qu’ils ont perdu. Ils dérivent, pareils à des icebergs perdant toute consistance dans le réchauffement climatique. L’onirique flirte avec le cauchemardesque. Avec la solitude de l’ours polaire, Louis-Stéphane Ulysse nous parle d’amour et de désir dont on ne sait que faire.

 

Mon avis :

Il y avais ce début de roman. Ca résonnait comme une petite musique. Rythmé comme il faut. Plein de promesse. Et puis ELLE l’a fait. Elle a couché avec Hawaii Fender. Et à partir de là tout dérape. L’univers du personnage va se fissurer au moment où il entendra sa femme prendre du plaisir avec un autre. Un plaisir qu’il ne lui connaissait pas. Et puis il y aura ce sang sur le tablier de Hawaii Fender. D’où vient-il ? On ne le sait. Mais on sait que cela le conduira en prison.

Au fur et à mesure du texte, je me suis sentie perdue. Perdue dans les dérives du personnage. Perdue dans les lieux. Il y avait toujours cette musique des mots et des images (dont ce fameux ours polaire à la dérive sur un bout de banquise). Mais je n’arrivais plus à relier tout ça ensemble. Alors forcément, au final, j’en suis sortie déçue.

J’ai pensé que la lecture de ce texte avec la musique qui a été préparée pour cette occasion me permettrait de mieux cerner le texte. Malheureusement, j’avais déjà ma petite musique en tête, qui était en décalage avec celle proposée. Il ne me reste donc plus qu’à attendre la lecture d’un prochain texte de chez e-fractions pour avoir un coup de coeur !

Extrait :

Un extrait est disponible dans l’extrait du mardi.

Détails :

Auteur : Louis-Stéphane Ulysse
Musique originale composée par Caroline Duris
Editeur : E-fractions Editions
Date de parution : 03/2013
59 pages

Cette chronique a déjà été lue 8005 fois.

%d blogueurs aiment cette page :