L'amour est très surestimé - Brigitte GiraudL’écriture est pleine de tendresse, de douceur et de fragilité. Une très belle observation de l’amour qui finit.

La quatrième de couv :

Onze destins, onze nouvelles racontent la fin de l’amour. Avec une justesse et une précision douloureuse Brigitte Giraud ausculte le désir moribond, les compromis honteux, les naufrages intimes et les silences des couples en train de se perdre. Elle traque les mensonges et le deuil, l’exil intérieur, la vie qui bascule et chacune de ses phrases, chacun de ses personnages nous tend un miroir.

Mon avis :

Tout est sur un fil, à la limite de ce moment où ça prend fin. Cet entre deux d’encore ensemble mais plus tout à fait. On ne met pas encore vraiment de mots dessus, la situation devient intolérable, alors même que le souffle de l’autre devient pénible, sa présence insupportable.

Il y a ce moment juste après. Où l’autre apprend le désamour. Et dans un dernier élan tente coûte que coûte de retenir celui qui a déjà fait le chemin vers ailleurs. Ou encore quand il va falloir séparer les biens, annoncer aux enfants, apprendre à faire le deuil. Et puis il y a aussi l’amour qui se finit lorsque l’autre meurt. Et quoi faire du coup de cet amour, de cette suite de vie?

Dans ces onze nouvelles, il n’y a pas de dialogue entre ceux qui se sont aimés avant. Pas de tentative d’explication. Juste les faits bruts: la peine, la colère, les larmes et les remous intérieurs. L’écriture est pleine de tendresse et de douceur, comme pour apaiser la peine d’après chagrin. Elle est pleine aussi de la fragilité de ces personnages qui, pour un moment, voient leur vie partir en éclat. Une très belle observation de l’amour qui finit.

Extrait

L'amour est très surestimé - Brigitte Giraud

Détails :

Auteur : Brigitte Giraud
Éditeur : J’ai lu 
Date de parution : 2008

Cette chronique a déjà été lue 1591 fois.

%d blogueurs aiment cette page :