L'Art de revenir à la vie - Martin PageEntre roman/autofiction/science-fiction, ce livre interroge sur notre identité, nos rêves et nos peurs d’enfant, mais aussi sur nos peurs d’adulte et les barrières que l’on se crée tant pour se protéger du monde que pour s’empêcher d’être heureux.

La quatrième de couv :

Martin vient d’avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière œuvre de celui-ci, une curieuse « Machine à remonter le temps ». Il s’y glisse et s’y endort. le temps d’une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans.

Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l’adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille.

Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune-moi poursuivent leur conversation. Tout en lui révélant une partie de son avenir, le quadragénaire cherche à donner des conseils à l’adolescent, il veut l’aider et lui éviter les expériences douloureuses. Mais la relation se complique : ce jeune double a l’esprit de contradiction et ses remarques poussent Martin à se remettre en question. Vie rêvée et vie réelle deviennent aussi déstabilisantes et excitantes l’une que l’autre.

À la fois décalé, drôle et profond, le nouveau roman de Martine Page est aussi une réplique au pessimisme et une défense de l’imagination comme arme existentielle.

Mon avis :

Martin a 41 ans, une femme, un fils, plusieurs livres à son actif, une toiture en mauvais état, une chaudière en panne, des amis inadaptés et une nouvelle proposition de travail un peu étrange. Alors qu’au départ Sanaa devait l’embaucher pour adapter l’un de ses livres, elle décide finalement d’abandonner le projet et d’utiliser Martin comme homme à tout faire pour les 10 jours que dure leur contrat: il l’aidera à déménager alors qu’elle quitte son mari, la remplacera pour un rendez-vous chez le docteur ou licenciera un collaborateur à sa place. Mais il l’aidera surtout à trouver un nouveau chemin pour la suite de sa vie.

Mais Martin vit aussi de son côté des moments de remise en question. Alors qu’il séjourne à Paris le temps de remplir son contrat avec Sanaa, il découvre la machine à remonter le temps, la dernière œuvre d’art de l’ami qui l’héberge. Fatigué de son voyage et intrigué, il s’endormira la première nuit dans cette machine et va, pendant son sommeil, rencontrer son Jeune-Moi de 12 ans. Toutes les nuits il décide donc de retourner voir son lui d’avant pour tenter de lui donner les moyens de mieux affronter la vie et d’éviter les embuches qu’il a connues.

Entre roman/autofiction/science-fiction, comme le dit Martin Page lui-même, ce livre interroge sur notre identité, nos rêves et nos peurs d’enfant, mais aussi sur nos peurs d’adulte et les barrières que l’on se crée tant pour se protéger du monde que pour s’empêcher d’être heureux. Ca bouscule un peu. Ca remet en perspective. Ca donne envie de continuer à chercher ces «millions d’actes minuscules (…) qui ont l’influence la plus considérable sur nos vies» et de dire merci à l’auteur pour cette sensibilité qui fait la force de ses textes !

Extrait

Il me semble que j’ai passé ma vie à faire quelque chose de mes échecs. A ne pas me laisser faire. A tel point que lorsque viennent de bonnes nouvelles je ne sais pas comment réagir, je n’ai pas de mode d’emploi pour habiter le bonheur imprévu. Je reste sceptique et interdit. Mon ambition c’est ça: apprendre à vivre la félicité qui ne trouve pas son origine dans le malheur, qui dépend non pas de moi mais de ce que l’on me donne. Je dois apprendre à recevoir. Même si accepter de recevoir c’est se mettre en situation de fragilité: cela crée de l’espérance, la déception est possible.

(…) ce sont des millions d’actes minuscules, a priori anodins, de rencontres, de sourires, de paroles – échanger, lire un livre, discuter avec un enfant, faire la cuisine, jouer avec un chien, observer un oiseau –, qui ont l’influence la plus considérable sur nos vies.

Détails :

Auteur : Martin Page
Éditeur : Seuil
Date de parution : 07/04/2016

Cette chronique a déjà été lue 2088 fois.

%d blogueurs aiment cette page :