Le goût du large - Nicolas DelasalleUne bonne dose d’empathie, d’humanisme et d’humilité, saupoudré d’une pointe d’autodérision et où chaque anecdote de voyage nous entraîne au cœur des émotions humaines, les meilleures comme les pires.

La quatrième de couv :

« Le temps : tout était là, dans ces cinq lettres, cette simple syllabe. J’allais soudain en être riche, ne plus courir après, le nez rivé sur l’ordinateur, le téléphone. Pendant neuf jours, j’allais devenir un milliardaire du temps, plonger mes mains dans des coffres bourrés de secondes, me parer de bijoux ciselés dans des minutes pures, vierges de tout objectif, de toute attente, de toute angoisse. J’allais me gaver d’heures vides, creuses, la grande bouffe, la vacance, entre ciel et mer. »

De l’inaccessible Tombouctou à la mélancolique Tallinn, entre une partie d’échecs fatale quelque part dans un hôtel russe et un barbecue incongru à Kaboul, des clameurs de la place Tahrir au fond d’un trou, dans l’Aveyron… C’est le roman d’une vie et de notre monde que raconte Nicolas Delesalle, le temps d’une croisière en cargo.

Mon avis :

Au départ, je n’a pas du tout été attirée par ce livre. Il faut dire qu’entre le titre et la couv’, rien ne laisse présager de la dose d’humanité et d’humilité que l’on va trouver entre ces pages.

Neuf jours. C’est le temps qu’a passé Nicolas Delesalle sur ce cargo de containers. Comme vacances de rêve, on fait mieux ! Pourtant, c’est sur ce bateau qu’il va pouvoir prendre du temps pour observer, écouter de la musique, bavarder avec les marins ou ne rien faire tout simplement. Loin de toute connexion avec le monde, il va prendre du recul et revenir sur ses destinations précédentes pour son travail de journaliste. On passera ainsi d’une partie de foot au Pôle Nord à la place Tahrir, d’une seconde à Kobané qui semblera durer une éternité à une partie d’échec folle en Russie…

D’un côté, il nous raconte la vie de ces marins au long cours, loin de leur famille la plupart de l’année et qui ont choisi ce mode de vie par amour de la mer ou par besoin d’argent. De l’autre, Nicolas Delesalle livre son récit sur ces guerres qui déchirent les peuples, sur les événements médiatisés ou non qui font ou défont des gouvernements, sur les petits riens qui sont le lot des reporters loin de chez eux. Le tout est raconté avec énormément d’empathie, d’humanisme et d’humilité, saupoudré d’une pointe d’autodérision et où chaque anecdote de voyage nous entraîne au cœur des émotions humaines, les meilleures comme les pires. Je ne peux que vous conseiller de prendre le large et de continuer l’aventure sur le compte Twitter de l’auteur.

Merci aux éditions Préludes pour la découverte, par l’entremise du site NetGalley.

Extrait

Lire les premières pages en ligne.

Le goût du large Le goût du large

Détails :

Auteur : Nicolas Delesalle – Twitter
Éditeur : Préludes
Date de parution : 06/01/2016

Cette chronique a déjà été lue 2472 fois.

%d blogueurs aiment cette page :