Le Grand Loin ne m’aura pas fait voyager bien loin. Je suis passée totalement à côté.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

@Mathild2C m’a conseillé, sur twitter, de découvrir Pascal Garnier, en précisant que ses préférés étaient Lune captive dans un œil mort et La Théorie du panda. Mais je n’ai trouvé que ce titre chez le bouquiniste.

La quatrième de couv :

Père placide et d’humeur conciliante, voilà Marc parti vers le sud avec sa fille Anne qu’il vient d’enlever à son hôpital psychiatrique pour le week-end. Mais la petite escapade tourne bientôt à la cavale. Anne ne veut plus rentrer, surtout pas à l’asile. Elle veut aller loin, très loin, le plus loin possible. Constellée d’incendies bizarres et semée de cadavres, la drôle d’équipée se transforme vite en un hallucinant road-movie.
Avec férocité, avec fragilité aussi, les personnages de Pascal Garnier s’accrochent à leurs rêves naïfs ou dérisoires, en éclopés de la solitude fuyant le réel pour davantage s’y perdre. Ange du mal déguisé en cordon bleu ou en tueur à gages flapi, ce sont décidément des gens comme vous et moi, des monstres candides en proie à leur plus chère folie.

Mon avis :

Tout à sans doute commencé là pour Marc, avec ce « Moi aussi, je connais Agen ! » lancé lors d’un dîner dont il se sentait exclu. Ce n’est pas comme s’il connaissait réellement cette ville. A peine s’il y est passé une fois. Il avait simplement pensé faire plaisir aux autres invités, même si cela n’a pas vraiment de sens. Mais cette petite phrase, ce petit instant, va faire basculer la suite de sa vie.

Alors que jusque là tout semblait être réglé comme du papier à musique, ce petit instant va modifier tout doucement le déroulement des mois à venir. Tout commence par l’achat d’un chat, car, en passant devant une boutique, il en a vu un d’une « indifférence exemplaire [qui] faisait de lui un compagnon idéal pour une traversée du néant ». Puis c’est une visite inattendue à sa fille, Anne, qui est en maison de repos pour une dépression semble-t-il. Et puis finalement, le 14, le jour où il va toujours la voir, car c’est le jour de son anniversaire, il y retourne avec une proposition qu’il n’avait pas réfléchie : partir à la mer. A partir de là va commencer un périple très particulier pour le père et la fille… Qui se terminera de manière tout aussi particulière et dramatique.

Même si la fin est totalement inattendue, ce voyage ne m’aura pas du tout touchée. Le personnage du père, de la fille, ou même de la femme m’ont laissé indifférents. Je n’ai pas voyagé, pas compris et, finalement, cette fin n’aura fait que renforcer le côté absurde de cette aventure…

Extraits

Un extrait est disponible sur le site des éditions Zulma.

Détails :

Auteur : Pascal Garnier
Editeur : Zulma
Date de parution : 19/08/2010
160 pages

Cette chronique a déjà été lue 6633 fois.

%d blogueurs aiment cette page :