La même recette que pour le « Da Vinci Code » ou « Anges et Démons« , mais Dan Brown sait nous tenir en haleine et on a du mal à ne pas avaler les chapitres les uns après les autres.

La quatrième de couv :

Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d’urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte.

Ce sera le premier indice d’une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie.

Une aventure où s’affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon.

Mon avis :

Il y a un petit quelque chose dans l’écriture de Dan Brown qui nous pousse à toujours tourner plus vite les pages et à avaler les chapitres pour connaître la suite. On a du mal à poser le roman, même pour aller dormir un peu, parce qu’il nous donne l’impression que c’est à la page suivante, au nouveau chapitre qui commence, qu’on va enfin commencer à comprendre ce qui est près de bouleverser l’ordre mondial. Et aussi pourquoi ce cher Robert Langdon se retrouve toujours, bien malgré lui, au milieu des situations les plus extrêmes.

J’avais lu le « Da Vinci Code » et « Anges et Démons » aussi. Et ensuite j’avais abandonné Dan Brown parce que ces deux romans lus presque coup sur coup, étaient bien trop semblables. Ici encore une fois, pas de surprise. On retrouve le même type de personnage, les mêmes luttes de sociétés secrètes (l’Opus Dei pour le « Da Vinci Code« , les Illuminati dans « Anges et Démons » et les Francs-maçons pour « Le Symbole perdu« ), la même conspiration du pouvoir en place pour protéger les citoyens ; les mêmes remises en question aussi, des dogmes et des a priori existants.

Après quatre ans, ces ressemblances m’ont moins dérangé. Un peu comme quand on retrouve quelqu’un qu’on n’a pas vu depuis un moment : on sait à quoi s’attendre, mais en même il y a une sorte de renouveau dans la relation. Là, c’est pareil. Je suis entrée les deux pieds dans le livre en un seul chapitre.

Et je n’ai lâché que vers les pages 530 et quelques. Là j’ai eu l’impression d’être un peu déconnecté de la fin du livre. Peut-être un peu trop tiré par les cheveux ? Ou trop happy-end américain ? Je ne sais pas trop. Mais je suis restée sur ma faim du coup.

Détails :

Auteur : Dan Brown
Editeur : JC Lattès
Date de parution : 26/11/2009
595 pages

Merci aux éditions JC Lattès et à Blog-O-Book pour cette lecture en partenariat.

Cette chronique a déjà été lue 1519 fois.

%d blogueurs aiment cette page :