conomie, pour quoi faire ? - Robert BenchleyIl suffit de lire ces quelques pages pour nous sortir du marasme économique actuel. Ou tout du moins… pour passer un bon moment de lecture. Et c’est déjà pas si mal !

La quatrième de couv :

Véritable manuel anticrise (de morosité), L’économie, pour quoi faire ? propose douze leçons d’économie aussi loufoques que mordantes du professeur Benchley, docteur ès nonsense, témoin du krach de 1929 aux États-Unis et de ses conséquences en Europe.

Dans ce livre, Robert Benchley se penche donc sur la situation financière internationale, conseille le président Poincaré pour stabiliser le franc et tente d’inculquer le sens de l’humour aux banquiers. S’interrogeant sur l’avenir de certains petits métiers – par exemple fabricant de bateaux en bouteille ou polisseur de canon –, il analyse aussi certains marchés en pleine mutation, comme celui de la brunette parisienne ou du chameau en Australie. Questionnant la notion de réussite, il nous invite enfin à méditer sur cette formule pleine de sagesse : « Le travail est une forme de nervosité. »

Composé en quasi-totalité de textes inédits, ce recueil comprend le fameux « Rapport du trésorier », hilarant sketch « comptable » qui rendit son auteur célèbre aux États-Unis et lui ouvrit les portes de Hollywood. Animé d’une réjouissante détestation de l’économie, Benchley signe ici certains de ses textes les plus virulents.

Mon avis :

Lire Benchley, c’est un peu comme prendre un bon bol d’air frais. Ça change les idées, ça détend et, en même temps, c’est plein de bon sens ! Bien sûr, tout est à prendre au second degré, mais c’est justement ce qui fait tout le sel de ces petits textes. Sans compter que vous pourriez bien enfin comprendre pourquoi nos gouvernements n’arrivent pas à sortir des différentes crises financières. Parce que ces histoires ont beau parler de la crise de 1929, les conseils restent toujours actuels !

Mais tout d’abord, un peu de compréhension pour nos banques. Comme le dit Benchley, « j’ai fait preuve d’une tolérance exemplaire envers les petit ennuis que traversent les banques depuis mars dernier, et j’ai dit à bon nombre de gens : ‘Non, les banques sont OK ! Juste un peu irresponsable, c’est tout. Laissons les tranquilles, ne les grondons pas, et tout rentrera dans l’ordre.’ Et tout est bien rentré dans l’ordre, je n’en doute pas. » Voyons ensuite les causes de cette crise : « cette politique à courte vue consistant à accroître la production et, dans le même temps, à croître l’inflation (ou ‘maladie de Platt’) a mené à une crise de la distribution (ou déflation), qui a naturellement abouti à la spéculation sur les ‘courts’ (il s’agit des homards mesurant moins de quinze centimètres (…)) » Je crois que déjà, on y voit un peu plus clair sur le pourquoi de notre crise financière. Il ne reste donc qu’à en trouver la solution. Et là encore, Benchley a la solution ! « Notre première mesure afin de remettre notre foyer sur la voie royale a été d’établir un budget, et c’est ce que vous devriez faire aussi, chers amis français. Il est d’ailleurs beaucoup plus facile pour une nation de fonctionner avec un budget que pour une famille privée, parce qu’une nation ne se sert jamais d’argent réel de toute façon. »

Sur ce, je pense que tout est dit. Nul besoin de consulter d’autres spécialistes économiques pour savoir qu’il ne reste donc plus qu’à lire ces quelques pages pour nous sortir du marasme économique actuel. Ou tout du moins… pour passer un bon moment de lecture. Et c’est déjà pas si mal !

Extrait

Découvrir un extrait sur le site des éditions Wombat.

Détails :

Auteur : Robert Benchley
Éditeur : Nouvelles Editions Wombat
Date de parution : 20/10/2015

Cette chronique a déjà été lue 1594 fois.

%d blogueurs aiment cette page :