Les arbres voyagent la nuit - Aude Le CorffUne belle balade avec en point de départ d’une belle amitié la lecture du Petit Prince. C’est doux et poétique comme récit. 

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

Il y a quelques semaines, Aude, que je suis sur Twitter depuis un moment, m’a proposé de découvrir son livre. Le résumé étant assez tentant, j’ai accepté avec plaisir son offre.

Vous pouvez aussi lire une interview d’Aude sur le site de Gaëlle.

La quatrième de couv :

Un professeur de français à la retraite est intrigué par une fillette qui habite son immeuble. Chaque soir, après l’école, Manon se réfugie dans le jardin. Assise sous le bouleau, elle parle aux chats et aux fourmis, quand elle n’est pas plongée dans un livre. Depuis quelques mois, sa mère semble avoir disparu.
Brisant la routine et sa solitude, Anatole finit par l’approcher. C’est autour de la lecture du Petit Prince qu’ils échangent leurs premières confidences.
En côtoyant Manon, le vieil homme va rencontrer d’autres voisins : Sophie, une femme singulière qui le met mal à l’aise, et Pierre, le père de la fillette. C’est tous ensemble qu’ils entreprendront un voyage inattendu jusqu’au Maroc.

Mon avis :

Sa mère est partie. Le pourquoi, elle ne le connait pas. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle n’a plus aucune nouvelle d’elle depuis plusieurs semaines. Alors qu’il ne lui reste plus qu’un foulard pour se rappeler son odeur, une photo et la lettre qu’elle a laissée avant de partir, Manon essaye de faire face comme elle peut à la situation. Et comme son père est totalement dévasté par la situation, elle tente par ses moyens de petite fille de faire revenir sa mère. Parce que sa mère « ne reviendra que si elle exécute à la perfection des choses très précises : Dans la rue, ne jamais, même du bout du pied, marcher sur les traits du trottoir […]. Dans le jardin, caresser les chats deux fois sur la tête, puis cinq fois sur le dos, en respectant bien cet ordre. S’ils ronronnent, c’est très bon signe. »

Anatole, vieux professeur de français à la retraite, va être touché par cette petite fille qui passe ses fins d’après-midi seule dans le jardin. Alors c’est avec Le Petit Prince qu’il va l’aborder. Et tenter de lui redonner le sourire. Entre les deux, c’est une amitié de grand-père à petite-fille qui va se mettre en place. Redonnant un peu le sourire à Manon et un regain d’énergie à Anatole. Et de l’énergie, il va vite en avoir besoin. Car après plusieurs mois de silence, une lettre est enfin arrivée.

Avec cette lettre, c’est tout une équipe qui va se mettre en branle-bas de combat : le père sort de sa torpeur pour décider en l’espace d’une heure de rejoindre sa femme au Maroc où elle s’est réfugiée, Manon qui n’en revient toujours pas que sa mère est peut-être là, à portée de bras, Anatole, que Manon veut à tout prix emmener avec elle pour affronter ce voyage et ces retrouvailles, et Sophie, la drôle de tante de Manon… Mais est-ce vraiment une bonne idée de vouloir partir comme ça à la rencontre d’une femme qui a abandonné mari et enfant sur ce qui semble être un coup de tête? Que vont-ils trouver au Maroc ? Vont-ils être accueilli les bras ouverts ?

Aude nous emmène faire cette belle balade à travers la lecture du Petit Prince déjà, puis à travers les sentiments très forts qui vont lier cette petite équipe. C’est doux comme récit, malgré les sujets souvent graves qui sont traités. C’est poétique avec du Louise Bourgeois, une Atlandide au fond de l’abysse, la visite de la dune du Pilat, et bien sûr ces arbres qui voyagent la nuit… Pourquoi d’ailleurs ? Il va falloir lire ce livre pour le découvrir !

Détails :

Auteur : Aude Le Corff
Editeur : Stock
Date de parution : 03/2013
304 pages

Cette chronique a déjà été lue 23417 fois.

%d blogueurs aiment cette page :