Quelques défauts pour ces Éclaireurs, mais dans l’ensemble, ça fonctionne plutôt pas mal et nous tient en haleine jusqu’au bout.

Mais d’où t’es venue l’idée de lire ce livre ?

J’ai pu lire ce livre dans le cadre du dernier Masse Critique organisé par Babelio. Ce qui m’a attirée, c’est l’histoire de cette organisation secrète qui serait liée aux événements du 11 septembre. J’ai voulu en savoir plus ! Vous pourrez lire les avis des autres participants sur le site de Babelio. Merci à eux et à Folio pour ce partenariat.

La quatrième de couv :

C’est l’histoire de Sliv, agent spécial du CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui veut comprendre pour quoi et pour qui il travaille.
C’est l’histoire d’une organisation secrète internationale, qui tente d’influer sur l’histoire des hommes, et dont l’existence est brutalement remise en cause un certain 11 septembre 2001.
C’est l’histoire de Youssef, tiraillé entre sa foi et son amitié ; de Maga, jeune femme moderne que son mariage précipite dans une famille d’intégristes ; de Lena, dont la rivalité professionnelle avec Sliv cache peut-être des sentiments d’une autre nature.
C’est l’histoire d’une grande nation, l’Amérique, qui trahit ses valeurs quand le monde a le plus besoin d’elle.
C’est, d’une certaine façon, l’histoire du siècle qui vient.

Les éclaireurs est la suite des Falsificateurs mais peut se lire indépendamment.

Mon avis :

Au CFR, il y a d’un côté les scénaristes, dont fait partie Sliv. C’est à eux que revient la mission d’écrire une trame pour une histoire à vendre à une organisation, un gouvernement, ou parfois même le monde entier. C’est ainsi que Sliv a écrit en direct le scénario permettant de faire admettre le Timor-Oriental au sein de l’ONU, contre toutes les attentes. Comment s’y prennent-ils ? Il suffit de laisser courir son imagination et de faire ce qu’on appelle aux États-Unis du storytelling, on raconte une belle histoire. Le problème c’est qu’il faut ensuite que cette belle histoire colle avec la géographie, la politique, les événements passés, etc. C’est là qu’interviennent les falsificateurs, comme Lena. A eux de pirater les bases de données en un temps record pour glisser dans les systèmes les informations venant corroborer la belle histoire… Et ce n’est pas toujours de tout repos !

Car après les événements du 11 septembre 2001, le CFR est remis en question. A quel point est-il responsable de ces attentats ? Des agents ont-ils falsifié des documents concernant Al-Qaida ? Serait-il responsable de cette guerre sur le point d’être déclarée contre l’Irak ? Mais au fond, quelle est la vrai finalité du Consortium de Falsification du Réel ? Le monde a-t-il vraiment besoin d’une organisation qui serait là pour modifier notre perception du passé et influer sur les événements du futur ?

Jeux de pouvoir, manipulation des masses et des informations, mise en accusation des pouvoirs en place, avec notamment le gouvernement Bush et son traitement des attentats du 11 septembre et la façon dont la guerre en Irak a été orchestrée, ce livre offre une lecture intéressante, même si pas nouvelle, de la façon dont les médias et les gouvernements modèlent la réalité pour arriver à leur fin. Il y a quelques lourdeurs parfois, beaucoup de personnages présentés (et donc parfois quelques difficultés à les situer dans l’histoire), peu de détails aussi sur le côté humain des personnages comme Sliv par exemple. Il aurait été en effet intéressant de savoir comment, humainement, il percevait le monde qui se « crée » au jour le jour sous ses yeux, alors qu’on a plus sa perception en tant qu’agent du CFR. Mais dans l’ensemble, la narration fonctionne plutôt bien pour nous tenir en haleine jusqu’au bout, notamment pour connaitre la fameuse finalité du CFR.

Détails :

Auteur : Antoine Bello
Prix : Prix du livre France Culture / Télérama 2009.
Editeur : Folio
Date de parution : 02/09/2010
489 pages

Cette chronique a déjà été lue 7354 fois.

%d blogueurs aiment cette page :