Les affiches du film me plaisaient bien, c’est vrai qu’il a l’air attachant ce Maximonstre. Mais les extraits que j’avais vus, me parlaient moins. C’est donc après avoir vu la chronique de ce livre sur le blog de Val que j’ai franchis le pas.

La quatrième de couv :

Roman librement adapté de l’album Max et les Maximonstres de Maurice Sendak et tiré du film co-écrit avec Spike Jonze.

Qui est Max ? Et qu’est-ce qu’un maximonstre ? A-t-on le droit de manger la tête de quelqu’un ? Non ? Même quand elle tombe par terre ? Alors quand ?

Mon avis :

Max est turbulent et agressif. Petit dernier de la famille, il essaye comme il peut de gérer les problèmes de sa famille :

  • sa soeur, devenue adolescente, qui ne trouve plus aucun intérêt à ce petit frère très envahissant ;
  • sa mère, un peu dépressive avec un travail où elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. Max se sent responsable de son bonheur (et de son malheur) et tente par tous les moyens de la distraire ;
  • son père, absent ;
  • le nouvel ami de sa mère qu’il n’aime franchement pas.

Arrivé sur l’île des Maximonstres après une grosse bêtise (il pense que sa famille ne veut plus de lui), il est proclamé roi et doit faire face, comme un adulte, à des monstres peureux, bagarreurs, joueurs, comme des enfants.

On ne sait pas réellement s’il s’agit d’un rêve ou seulement l’imagination très fertile de Max qui créée cet univers. Mais ses aventures semblent agir sur lui comme un voyage initiatique qui le laissera plus en paix avec sa famille une fois rentré auprès des siens.

Il me semble quand même que la fin et certaines parties du livre sont un peu bâclées. L’auteur prend de gros raccourcis, sans vraiment nous expliquer où nous donner des pistes sur ses véritables intentions avec ce livre. Faire comprendre aux enfants ou pré-ado, le poids des responsabilités des adultes ? Faire comprendre aux adultes que l’enfant qui est en nous n’est pas si loin que ça ? J’ai été un peu perdu à ce niveau. Je n’ai vu ni le film, ni lu l’histoire originale. J’aurais peut-être dû commencer par là pour avoir les clés de l’histoire.

Par contre, ce que j’ai aimé, c’est cet univers qui est créé et donne envie d’y être encore et de participer à la vie de cette île tant ces monstres semblent attachants.

Détails :

Auteur : Dave Eggers
Editeur : Au Diable Vauvert
Date de parution : 10/12/2009
327 pages

Cette chronique a déjà été lue 1544 fois.

%d blogueurs aiment cette page :