Nous étions arrivés dans cette histoire à un point de non-retour.

Non seulement nous risquions de lasser le lecteur, de l’égarer dans la ville Impériale où, sans ressources, désorienté, il errerait des jours et des nuits entre les monuments élevés à la gloire de la mythologie Américaine, faite de demi-dieux canonisés et de super héros qui survolent les cieux ombragés d’étoiles.

Mais une fois perdu, le lecteur ne retrouverait jamais la sortie de ce chapitre, et il s’abîmerait au milieu des mots, au milieu des pages.

Ecrasé par un adjectif trop lourd, il agoniserait sans que personne ne lui vienne en aide.

Et le Docteur Furtado aurait gagné la partie.

C’était quelque chose que l’auteur ne pourrait jamais accepter. Et il n’était pas dit que je serais le premier narrateur qui oublierait ses lecteurs au beau milieu de l’intrigue.

Cette chronique a déjà été lue 5252 fois.

%d blogueurs aiment cette page :