Ce qui avait été, ce qui était, ce qui serait. Il ne restait plus de tout cela qu’un entrefilet dans une de ces éditions du soir. La vie réduite à quelques lignes, emportée dans le cri qui résumait toute une journée de démence, d’actes perdus et retrouvés, une vingtaine de naissances et quelques dizaines de morts sans importance. La mort tirée à six cent mille exemplaires à l’usage des rescapés du jour. A peine l’éclat d’un maigre pétard d’artifice. Édition du soir, dernière. Édition du matin déjà, première, on passait le torchon, on refondait les plombs, on licenciait un rédacteur à moitié crevé, on en engageait un autre à moitié vivant, on reprenait un instant un peu de souffle, puis… D’accord. Bon à tirer. Roulez. Rotative A, je vous prie, contact. Tout paré? Allons-y. D’autres morts toutes les mêmes, d’autres vies toutes les mêmes.

Cette chronique a déjà été lue 4645 fois.

%d blogueurs aiment cette page :