Demander « pardon » oblige à s’exposer, à la réconciliation comme au ridicule ou à la vengeance. Demander « pardon », c’est en appeler à la clémence des autres : quelqu’un de bien n’aura de cesse qu’il répare ses torts. Demander « pardon » ne permet pas de revenir sur le passé mais d’aller de l’avant. Ça comble un fossé. Comme un sacrement. Une offrande. Un don.

Le secret de Jasper Jones – Craig Silvey

Cette chronique a déjà été lue 1375 fois.

%d blogueurs aiment cette page :