Elle eut vite fait d’inspecter son petit trois-pièces dans cette résidence tranquille à peine troublée par une voiture ou deux à cette heure matinale. En plein milieu de la semaine. Un homme nu dans sa baignoire. Entré chez elle sans clé et sans effraction. Et sans vêtements.

Les vies volées – Thierry Labro

Cette chronique a déjà été lue 1349 fois.

%d blogueurs aiment cette page :