Ce n’est pas que penser soit devenu dangereux, non. C’est simplement que penser est devenu chiatique. L’hyper simplification mercantile du langage façon story-telling-politico-économico-médiatico-publicitaire de l’air du temps a su anesthésier douleurs, sensations, puis lucidité.

Requiem pour un(e) trentenaire – Wilfried Salomé

Cette chronique a déjà été lue 1771 fois.

%d blogueurs aiment cette page :