« Ce qu’on ne veut pas dire passe aussi par les mots dans le choix que l’on fait d’en coller un puis un autre, et qui entre eux glisse un soupir où se dit ce qu’on voulait taire. Jusqu’à maintenant, j’ai vraiment eu peur de me lancer. Et comme toutes les fois où j’ai peur, je n’ai pas le temps. Écrire est un risque d’être lue et donc découverte. Écrire est une tentation de se relire et de se découvrir : toutes les mauvaises raisons sont au rendez-vous pour repousser l’instant du recul donné par le texte. Alors je garde, je brasse mes pensées, mes peines, mes doutes.« 

La Vie d’une autre – , p.134

Cette chronique a déjà été lue 997 fois.

%d blogueurs aiment cette page :