Je m’emballe dans mon costume de travail. La cravate est le ruban du paquet cadeau que j’offre chaque jour au capitalisme mondial. C’est très frustrant, parce que je suis un cadeau que personne ne déballe. Ils voient l’emballage, ça leur suffit ; qui je suis, ils n’en ont rien à faire. Il faut bien que je sois quelqu’un pourtant, mais quelqu’un qui ne tire pas le ruban pour montrer sa vrai nature.

Une parfaite journée parfaite – Martin Page

Cette chronique a déjà été lue 1736 fois.

%d blogueurs aiment cette page :