La neige avait décidé de demeurer un peu. Elle tombait toujours, s’imposant comme un monarque. L’Enquêteur avait demandé son chemin au Garçon. Il s’était attendu à une réponse désagréable, mais celui-ci avait paru heureux de le renseigner : ce n’était pas très difficile en vérité, l’Entreprise était immense, il ne pouvait pas la rater. Elle débordait de partout. Quelle que fût la rue empruntée, il ne pouvait que se cogner contre un mur d’enceinte, une porte grillagée, une voie d’accès, un entrepôt, un quai de chargement appartenant à l’Entreprise.
« D’une manière ou d’une autre, avait ajouté le Garçon, tout ici appartient plus ou moins à l’Entreprise. » Il avait insisté sur le tout.
« Après, avait-il poursuivi, il suffit de suivre les contours pour trouver l’entrée principale ainsi que le Poste de Garde. »

L’Enquête – Philippe Claudel


Cette chronique a déjà été lue 1359 fois.

%d blogueurs aiment cette page :